Quand l'opéra vient à la maison : le succès des spectacles en streaming, "une musique qui fait du bien"

L'Opéra de Paris diffuse vendredi soir en direct "La flûte enchantée", sur sa plateforme numérique, pour 11,90 euros. Une évolution numérique vouée à perdurer au-delà de la crise sanitaire.

Article rédigé par
Édité par Noémie Bonnin - Thierry Fiorile
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
"La Flûte enchantée" de Wolfgang Amadeus Mozart, mis en scène par Robert Carsenà l'Opéra de Paris. (OPERA DE PARIS)

"Un artiste qui ne se produit pas, ce n'est pas un artiste qui se repose, ce n'est pas un artiste qui est en pause", confie Julie Fuchs, artiste lyrique, qui interprète Pamina, l'un des rôles principaux de La flûte enchantée. L'œuvre se joue vendredi 22 janvier, sans public. Ou plutôt, sans public dans la salle, car du monde est attendu via écran interposé. L'Opéra de Paris la diffuse à 19h30, en direct de sa salle de Bastille, sur sa plateforme numérique payante. Une formule qui a déjà fait ses preuves : la diffusion du ballet La Bayadère, en décembre, avait comptabilisé 10 000 vues payantes. Faute de mieux, le public est prêt à payer, en attendant la réouverture des salles.

Sans production sur scène, "nous pouvons potentiellement régresser", explique Julie Fuchs. "Nous sommes des sportifs, on a en tous cas besoin d'un entraînement quotidien. Et l'entraînement, au bout d'un moment, ne peut pas se faire seul chez soi, on doit pratiquer notre art et pour ça on a besoin du public."

Sur sa plateforme chezsoi.operadeparis.fr, l'Opéra de Paris propose ainsi des concerts, des opéras ou des ballets : 11,90 euros en live, 7,90 euros en replay. Une évolution numérique vouée à perdurer au-delà de la crise sanitaire. "Il est tout à fait légitime et souhaitable d'offrir à un public éloigné des salles, pour des raisons physiques, sociologiques, géographiques, un accès, de lui donner envie, pour qu'à la première occasion, il partage cette expérience absolument irremplaçable du spectacle vécu en salle", explique Martin Ajdari, le directeur-adjoint de l'opéra de Paris.

"C'est ça qui est bien : le fait que ce soit en live, ça donne envie de vraiment de s'assoir et vivre ce rituel d'être dans une salle, s'installer à l'heure, couper le portable et profiter."

Julie Fuchs, soprano

à franceinfo

Quoi de mieux que La flûte enchantée pour traverser cette période sans spectacle en salle ? Star du répertoire, ce récit initiatique amoureux et spirituel est sublimé par la mise en scène lumineuse de Robert Carsen. "On passe des épreuves, comme on en passe toujours dans la vie, il faut voir la lumière au bout de cette épreuve", affirme Julie Fuchs. "C'est une musique que j'aime chanter, j'aime être avec Mozart, c'est une musique qui fait du bien, poursuit la soprano. J'espère que beaucoup de gens peuvent goûter à ça."

Le succès des spectacles en ligne
--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.