Covid-19 en Polynésie française : le Dr Bondoux tire la sonnette d'alarme

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 4 min.
bondoux
FRANCEINFO
Article rédigé par
J.-C. Galeazzi - franceinfo
France Télévisions

Le Dr Didier Bondoux, président du syndicat des médecins libéraux à Tahiti, est l'invité du 23h de franceinfo samedi 21 août. L'occasion d'évoquer la situation sanitaire en Polynésie française, reconfinée pour deux semaines.

"La situation actuelle est explosive. Un taux d'incidence de 2 800 est catastrophique. On compte 14 décès ces derniers 24 heures dus au Covid-19, ce qui, à l'échelle de la métropole, représente plus de 3 000 décès quotidiens, ce qui est absolument énorme", s'alarme samedi 21 août le Dr Didier Bondoux en direct depuis Tahiti pour franceinfo.

Le reconfinement strict pour deux semaines a-t-il été décidé trop tard ? "C'est compliqué. Il faut prendre en compte les aspects sanitaire et économique. La Polynésie est un archipel éclaté sur un territoire équivalent à l'Europe", souligne le président du syndicat des médecins libéraux à Tahiti.

Besoin urgent de personnel soignant

"On compte 40% de personnes primo-vaccinées, dont 80% des plus de 75 ans. Mais il faut englober les comorbidités des Polynésiens : hypertension, diabète et obésité morbide. Il y a une méfiance à l'égard des vaccins, un accès plus difficile aussi", affirme le médecin généraliste, qui appelle à relancer la campagne de vaccination dans l'archipel.

Le Dr Didier Bondoux se félicite de l'arrivée de 14 personnes de métropole et d'une dizaine de Nouvelle-Calédonie pour aider le personnel soignant, "mais c'est largement insuffisant. Le personnel hospitalier est sur les rotules. On a besoin de réanimateurs et d'infirmiers-anesthésistes".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.