Plan blanc en Corse : "La situation a été très compliquée ce week-end", note le directeur de l'hôpital de Bastia

L'Agence régionale de Santé a déclenché le planc blanc ce mardi en Corse en raison de la flambée épidémique.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Une infirmière administre une dose du vaccin de Pfizer contre le Covid-19 à un patient à Ajaccio (Corse-du-Sud), le 7 janvier 2021. (PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP)

"La situation a été très compliquée ce week-end", a affirmé mardi 3 août sur franceinfo Jean-Mathieu Defour, le directeur du centre hospitalier de Bastia, alors que l'Agence régionale de santé (ARS) a déclenché le plan blanc en Corse.

"On a affaire à un variant Delta extrêmement contagieux", rappelle Jean-Mathieu Defour. Il note "quelques clusters sur la Haute-Corse qui fait que ce virus a beaucoup diffusé, notamment dans une population plus jeune que ce qui avait été constaté sur les premières vagues". Les hospitalisations ont "augmenté très rapidement en une dizaine de jours sur l'hôpital de Bastia".

Les Corses plus touchés que les touristes

Le directeur de l'hôpital constate qu'au départ, cette vague concerne "les résidents corses", mais n'est pas signalée "parmi les touristes". A Bastia, parmi les patients hospitalisés, "pratiquement tous sont résidents en Haute-Corse".

Jean-Mathieu Defour reconnaît "une grosse difficulté à gérer les lits toute la semaine dernière", avec "un point d'orgue ce week-end". Sans être actuellement en plan blanc, "on était quand même en configuration plan blanc, avec des interventions qui ont été déprogrammées".

"Il faut que les prennent leurs congés absolument, sinon, la rentrée va être très compliquée pour eux."

Jean-Mathieu Defour

à franceinfo

Le plan blanc permet notamment de rappeler des soignants en congés, de déprogrammer des opérations et d'ouvrir des filières supplémentaires. Mais Jean-Mathieu Defour souligne que les soignants sont "très fatigués, physiquement et moralement, parce que cela fait 15 mois que cela dure". "Pour l'instant, on a réussi à nous organiser sans avoir à supprimer certains congés", assure le directeur. "Les personnels hospitaliers ont besoin de congés." L'hôpital va faire appel à "des jeunes diplômés pour faire un peu de main d'œuvre fraîche pour soutenir" les personnels.

Jean-Mathieu Defour perçoit malgré tout "un léger espoir. Depuis cette nuit, on n'a pratiquement plus d'hospitalisation de patients Covid".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.