Le château de Versailles retrouve son public après 82 jours de sommeil

Le château et le domaine de Versailles (Yvelines) ont rouvert leurs portes, samedi 6 juin, après un long sommeil de 82 jours. C’est un événement pour ce site visité chaque année par 8 millions de personnes.

FRANCE 3

Vitrine du patrimoine culturel français, le château de Versailles (Yvelines) a retrouvé son public, samedi 6 juin, en présence du ministre de la Culture, Franck Riester. Beaucoup de visiteurs sont arrivés en avance pour cette journée collector réservée sur internet. "On est des habitués du château, on vient souvent. Mais là, on attendait vraiment la réouverture", confie une visiteuse. Pour l’occasion, la présidente du château affronte les questions des visiteurs passionnés. "Voir les gens visiter le château qui est fait pour recevoir du monde, oui, c’est émouvant", explique Catherine Pégard, présidente de l’établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles.

La galerie des Glaces prise d’assaut

Dès l’ouverture du domaine, les premiers visiteurs se ruent dans la galerie des Glaces. Si certains chanceux auront le plaisir de découvrir de nouvelles pièces remises à neuf, dont l’appartement de la reine et le bureau du roi, le parcours se fera dans des conditions sanitaires très strictes : port du masque obligatoire à partir de 11 ans, lavement des mains au gel hydroalcoolique dès l’entrée dans le domaine, sens de circulation établi pour éviter que les visiteurs se croisent. À la veille de la réouverture, les employés ont mis les bouchées doubles, notamment pour tondre les hectares de pelouse ou faire les derniers réglages des cinquante fontaines du domaine avec les grandes eaux prévues ce week-end. Le château de Versailles accueille chaque année 8 millions de personnes. 80% des touristes étrangers manquent encore à l'appel.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le parc de l\'Orangerie du château de Versailles, le 6 juin 2013 (illustration).
Le parc de l'Orangerie du château de Versailles, le 6 juin 2013 (illustration). (CLAIRE LEBERTRE / AFP)