Vrai ou fake Un village du Tarn-et-Garonne se rebelle contre le pass sanitaire

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Dans le village touristique de Saint-Antonin-Noble-Val (Tarn-et-Garonne), la grande majorité des commerces et restaurants refusent le contrôle le pass sanitaire. Ils se revendiquent en "zone libre".
France Info
Article rédigé par
France Télévisions

Dans le village touristique de Saint-Antonin-Noble-Val (Tarn-et-Garonne), la grande majorité des commerces et restaurants refusent le contrôle le pass sanitaire. Ils se revendiquent en "zone libre".

"Dans un petit village comme ça, je trouve ça très bien, les gens sont responsables", estime le client d'une brasserie du village de Saint-Antonin-Noble-Val (Tarn-et-Garonne). Responsable ou non, le cafetier ne demandera pas de pass sanitaire. Il affiche le logo "zone libre". "Les gens sont libres de venir, je ne fais pas de tri de clientèle", assume-t-il. Dans ce village touristique, la liberté est de vivre sans pass sanitaire. Le logo "zone libre" est collé sur toutes les vitrines, celles des cafés de la place principale, mais aussi de la librairie et des commerces. Les exceptions sont rares. Le patron du restaurant le Gazpacho, lui, respecte la loi : "Je contrôle le pass sanitaire. Je ne comprends pas. On doit être dans un village d'irréductibles".

Peur du vaccin à long terme

Pourtant, le Tarn-et-Garonne est l'un des départements où le coronavirus circule le plus en cette fin août avec un taux d'incidence 20% plus élevé que la moyenne nationale. Sur les bords de l'Aveyron, certains se méfient du système de santé et préfèrent les méthodes naturelles. Une restauratrice d'un village voisin a même décidé de ne pas ouvrir son bar pour ne pas avoir à demander le pass. Elle a peur des effets du vaccin "dans deux ou trois ans". Les autorités semblent tolérer cette "zone libre" revendiquée. Des clients ont déjà été verbalisés, mais encore aucun restaurant n'a été fermé.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pass sanitaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.