Pass sanitaire : polémique sur le licenciement des salariés non-vaccinés

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Pass sanitaire : Polémique sur le licenciement des salariés non-vaccinés
France 2
Article rédigé par
J. Bigard, O. Lévesque, A. Husser, C-M. Denis, A-D. Sayada, L. Bleuzen - France 2
France Télévisions

Un employeur pourrait bien licencier un salarié qui refuse de se faire vacciner. Dans les entreprises, le pass sanitaire va devenir obligatoire à compter du 30 août. Alors, certains patrons jouent la carte de la pédagogie. 

À partir du 30 août, le pass sanitaire sera obligatoire pour travailler en entreprise. Au restaurant Le Malard, le gérant tente donc de convaincre ses salariés. ""Est-ce que tout le monde changera de position ? C'est notre souhait", affirme Stéphane Malchow. La cheffe de service, elle, refuse. "Je ferai un test PCR toutes les 72 heures s'il faut", assure-t-elle. D'autres membres du personnel acceptent finalement de franchir le pas de la vaccination par nécessité. "J'ai besoin de travailler pour vivre", poursuit un cuisinier.  

Des sanctions inadmissibles selon la CGT

Dans un mois, la non-présentation du précieux sésame pourra entraîner une suspension de salaire, sauf RTT ou changement de poste. Le salarié risquerait même un licenciement si son absence désorganise la vie de l'entreprise trop longtemps. Des sanctions inadmissibles pour la CGT. "Nous ne souhaitons pas qu'il existe un motif de licenciement qui soit la non-présentation du pass sanitaire", regrette Céline Verzeletti, secrétaire confédérale. Le Conseil constitutionnel doit encore se prononcer sur le sujet le 5 août.  

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pass sanitaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.