Manifestation contre le pass sanitaire : France Télévisions va porter plainte après l'agression de journalistes à Marseille

Un équipe de journalistes de France Télévisions a été violemment prise à partie samedi alors qu'elle tentait de couvrir la manifestation contre le pass sanitaire à Marseille.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des manifestants anti-pass sanitaire, le 24 juillet 2021 à Marseille (Bouches-du-Rhône). (MAXPPP)

Nouvelle agression contre des journalistes. Une équipe de France Télévisions a été violemment agressée, samedi 24 juillet, alors qu'elle s'apprêtait à couvrir la manifestation contre le pass sanitaire de Marseille (Bouches-du-Rhône). France Télévisions a annoncé son intention de porter plainte contre "ces actes inqualifiables".

Les faits se sont déroulés peu après l'arrivée de l'équipe sur place. Rapidement, les insultes et menaces fusent à la vue de la caméra. Les journalistes décident de quitter les lieux, mais une dizaine d'individus violents les prennent en chasse et portent quelques coups. L'équipe s'en sort sans blessures graves. "C'est intolérable", a réagi sur Twitter le directeur de l'information de France Télévisions, Laurent Guimier.

"Aucun dialogue n'était possible"

"Mon collègue a pris des coups dans les jambes, et moi sur le genou", raconte la journaliste de France Télévisions. "Je ne m'attendais pas à ce que ça soit aussi violent", confie-t-elle à franceinfo. "Pendant toutes les manifestations de gilets jaunes que j'ai couvertes, c'est vrai qu'il y avait de la tension, de la défiance. C'est même arrivé plusieurs fois qu'on nous prenne à partie et qu'on se fasse insulter, mais on a toujours réussi à nouer le dialogue. Cette fois-ci, aucun dialogue n'était possible. Ca a franchit un degré supérieur."

La journaliste, qui souhaite garder l'anonymat, n'avait pourtant "pas spécialement" senti d'énervement, de tension, ni d'agressivité parmi les manifestants mais, sachant que "ce genre de manifestations est toujours un peu tendu", elle était "prudente".

"Je ne peux vraiment pas dire que tous ces gens étaient là pour frapper les journalistes."

une journaliste de France Télévisions

à franceinfo

"C'est vraiment quand on est arrivés en tête de cortège, ils nous ont demandé si on était BFMTV. On leur a dit qu'on travaillait pour France Télévisions et les choses ont dégénéré", précise-t-elle. La journaliste victime de l'agression rappelle que son travail consiste à "être à un endroit où il se passe quelque chose et en être le témoin". "On est là pour essayer donner la parole et comprendre la motivation des gens, sans jugement. On n'est jamais dans la provocation parce qu'on n'est pas du tout là pour ça."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pass sanitaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.