Le Danemark tourne la page des restrictions contre le Covid-19 : "Les gens sont passés à autre chose"

Le Danemark revient à la vie d'avant. Déjà abandonné pour accéder aux bars et aux restaurants, le pass sanitaire ne sera plus nécessaire notamment dans les boîtes de nuit. Reportage dans la capitale Copenhague.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Une terrasse de bar à Copenhague, au Danemark, où le coronapass n'est plus nécéssaire pour s'attabler depuis le 1er septembre. (AGATHE MAHUET / RADIO FRANCE)

Alors que le gouvernement français envisage de prolonger le recours au pass sanitaire au-delà du 15 novembre, le Danemark s’estime au contraire suffisamment protégé face au Covid-19, pour revenir à une vie complètement normale. Très en avance, depuis le début, dans la gestion de la crise sanitaire, le royaume lève vendredi 10 septembre les toutes dernières restrictions.

À Copenhague, cela fait déjà près d'un mois que le masque n’est plus qu’un mauvais souvenir. Quand on prend le métro, plus personne n’en porte. "On a vraiment le sentiment que le Covid, au Danemark, c’est de l’histoire ancienne, explique Cécilia. Les gens sont passés à autre chose."

Retour à une relation "normale"

De fait, les Danois n’ont même plus besoin de présenter un pass sanitaire dans les bars et les restaurants depuis le 1er septembre ; et à partir de vendredi, le "coronapass" comme on l’a appelé dans ce pays, n’est même plus nécessaire dans les boîtes de nuit. "Un soulagement !", déclare Elijah, derrière son comptoir, et qui peut retrouver une relation "normale" avec les clients. "J’ai vraiment aimé, et soutenu l’idée de ce coronapass tant qu’il était là, parce que c’était pour de bonnes raisons, explique-t-il. Mais c’est super de ne plus avoir à penser à ça ! Les clients ont davantage envie de venir et puis, c’est plus facile pour se parler, sans toute cette distance entre nous."

Le masque n'est pas obligatoire dans le métro à Copenhague, au Danemark, septembre 2021. (AGATHE MAHUET / RADIO FRANCE)

Ce retour complet à la normale, le ministre de la Santé l’a décidé, parce que "l’épidémie est sous contrôle", dit-il, ce que nous confirme la modélisatrice au sein de l’équivalent de notre Conseil scientifique, Camilla Holten Møller : "On a en ce moment seulement 25 à 30 personnes hospitalisées pour Covid par jour : c’est très peu ! Ce succès, on le doit d’abord à une campagne massive de dépistage. Dès l’automne dernier, nous étions en mesure de tester près de la moitié de la population, chaque semaine."

Désormais, c’est la vaccination qui fonctionne extrêmement bien ici avec plus de huit personnes sur dix, totalement protégées. Un taux qui grimpe à plus de 95% chez les seniors et les plus fragiles "ce qui est très impressionnant", indique la modélisatrice.

Une confiance dans les autorités

Ce qui explique ce succès danois, en plus d’une bonne organisation pour les tests ou le vaccin, c’est le crédit accordé aux autorités. "Je fais pleinement confiance au gouvernement", déclare Anna. Pour le sociologue Merlin Schaeffer, de l’Université de Copenhague "les gens se disent que le gouvernement fait - la plupart du temps - ce qui est dans leur intérêt. Et ça c’est déterminant, dans un moment de crise comme celui-là. On nous dit 's’il vous plait, respectez ces consignes' ; et les Danois se disent 'd’accord, c’est sans doute ce qu’il faut faire.'"

Une population qui se dit prête, aujourd’hui, à accepter de nouvelles restrictions. Le ministre de la Santé n’exclut pas de réinstaurer le coronapass, si le variant Delta devait renverser la vapeur dans les semaines qui viennent.

Le coronapass, c'est fini au Danemark - Reportage d'Agathe Mahuet
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pass sanitaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.