Info franceinfo Pass sanitaire : un homme convoqué devant le tribunal pour acte d'intimidation envers des sénateurs

Cet habitant de l'Ain, âgé de 44 ans, a été interpellé et placé en garde à vue pour avoir envoyé un mail de menaces à des sénateurs favorables au pass sanitaire, suite à un dépôt de plainte du président du Sénat, Gérard Larcher. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président du Sénat Gérard Larcher arrivant au palais de l'Elysée à Paris (France) le 2 décembre 2020. Il a porté plainte contre l'homme mis en garde à vue. (THOMAS COEX / AFP)

Le parquet de Paris indique à franceinfo qu'un homme, soupçonné d'avoir envoyé des menaces à des sénateurs favorables au pass sanitaire, est convoqué devant le tribunal correctionnel en décembre 2021, pour "acte d'intimidation envers un élu public pour qu'il accomplisse ou s'abstienne d'acte de son mandat".

Cet homme a été interpellé et placé en garde à vue mercredi 28 juillet, puis déféré et présenté ce jeudi 29 juillet à un magistrat, qui l'a informé de sa convocation, précise le parquet.

Cet homme, âgé de 44 ans, habite le département de l'Ain. Selon une source proche du dossier, c'est "Monsieur Toutlemonde". Il a des antécédents judiciaires mais pas pour ce genre de faits. Selon cette source, il a reconnu avoir envoyé un mail aux sénateurs mais ne reconnaît pas qu'il s'agit d'un acte d'intimidation.

Le parquet de Paris a ouvert une enquête après le dépôt de plainte du président du Sénat, Gérard Larcher, dénonçant des menaces envers de nombreux sénateurs, favorables aux dernières mesures sanitaires dont la généralisation du pass. Les investigations ont été confiées à la Bridage de répression de la délinquance contre la personne. 

En parallèle, une autre enquête est ouverte pour "menaces de mort à l'encontre de personnes investis d'un mandat public" après la plainte du président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pass sanitaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.