Covid-19 : le pass sanitaire divise l'Assemblée nationale

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Le pass sanitaire divise l'Assemblée nationale
France 3
Article rédigé par
C.Méral, T.Curet, A.Brodin - France 3
France Télévisions

La loi sur le pass sanitaire divise les députés. Après une nuit agitée, les débats ont repris jeudi 22 juillet.

C'est un débat sous haute-tension, marqué par des discussions houleuses, qui s'est tenu à l'Assemblée nationale mercredi 21 juillet, au sujet du pass sanitaire. D'un côté, un gouvernement pressé de faire voter l'extension du pass sanitaire, de l'autre, une opposition qui se rebiffe. "Vous présentez aujourd'hui le vaccin comme un remède miracle alors que vous savez très bien que dans les pays où il y a un haut niveau de vaccination, que ça soit Israël ou l'Angleterre, il y a des risques de reconfinement, il y a de grandes difficultés", a déclaré François Ruffin, député LFI de la Somme.

Extension du pass sanitaire mise en œuvre début août


La députée Martine Wonner, figure de proue des anti-vaccin et elle-même médecin, provoque un tollé lorsqu'elle invoque le cas d'une femme atteinte d'un cancer : "madame S. si elle n'est pas vaccinée, ne pourra pas accéder à l'hôpital public où elle devra aller". Ses propos ont été démentis par la ministre Brigitte Bourguignon : "je vous le redis, en cas d'urgence, pas besoin de pass, c'est de l'information, c'est vrai". Encore 800 amendements à examiner. Le projet de loi ne sera pas voté vendredi 23 juillet mais le gouvernement affirme que l'extension du pass sanitaire sera bien mise en œuvre début août. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pass sanitaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.