Agression du député de Saint-Pierre-et-Miquelon : trois personnes mises en examen

Deux hommes et une femmes sont soupçonnés d'avoir agressé Stéphane Claireaux, devant son domicile en marge d'une manifestation contre le pass sanitaire, mi-janvier.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le député La République en Marche de Saint-Pierre-et-Miquelon, Stéphane Claireaux, à l'Assemblée Nationale en 2019.  (CHRISTOPHE MORIN / MAXPPP)

Trois personnes ont été mises en examen, vendredi 21 janvier, dans le cadre d'une information judiciaire portant sur l'agression du député La République en Marche de Saint-Pierre-et-Miquelon Stéphane Claireaux devant son domicile à la mi-janvier, indique la gendarmerie nationale dans un communiqué ce samedi. "Les investigations se poursuivent pour identifier d'autres auteurs", ajoute la gendarmerie.

Les enquêteurs ont visionné "des dizaines de vidéos diffusées sur les réseaux sociaux", ont auditionné "une trentaine de témoins identifiés" et sont parvenus à identifier ces trois suspects qui ont été interpellés jeudi dernier. Il s'agit d'un homme soupçonné de "l'arrachage du masque du député" et d'un homme et d'une femme soupçonnés de "jets de goémon" (un mélange d'algues), expliquent les gendarmes.

Interdits de participer à une manifestation 

Ils ont été placés en garde à vue dans un premier temps avant d'être déférés puis présentés à un juge d'instruction vendredi. Ils sont mis en examen et placés sous contrôle judiciaire, avec interdiction d'entrer en contact avec leur victime et interdiction de participer à une manifestation.

Le dimanche 9 janvier, le député a été visé par de nombreux projectiles, des algues, du goémon et des galets, alors qu'il était sorti de chez lui pour dialoguer avec des dizaines de manifestants venus devant son domicile pour protester contre le pass sanitaire, avait-il expliqué à franceinfo le lendemain. Il a également été insulté. L'élu a déposé plainte.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pass sanitaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.