Cet article date de plus d'un an.

"On psychote, là je suis plus rassurée" : en Ille-et-Villaine, un gymnase transformé en centre Covid-19 pour éviter la promiscuité entre patients

Face à la crainte des patients de croiser des malades du coronavirus dans les cabinets médicaux, à Tinténiac (Ille-et-Vilaine), un gymnase a été transformé en centre Covid-19. Peu à peu, les patients habituels font leurs retour chez leur généraliste. 

Article rédigé par
Fanny Lechevestrier - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Un vestiaire du gymnase du Tinténiac (Ille-et-Vilaine) transformé en salle d'examen médical, le 6 avril 2020.  (FANNY LECHEVESTRIER / FRANCEINFO)

De plus en plus de médecins généralistes constatent que leur salle d'attente se vide. Alors, pour limiter les contacts entre les malades suspectés d'avoir attrapé le coronavirus et les autres patients, un peu partout en France, des centres de consultation dédiés au Covid-19 sont ouverts. À Tinténiac, au nord de Rennes (Ille-et-Vilaine), c'est le gymnase de la ville qui a été réquisitionné. 

>> Coronavirus : retrouvez toutes les informations dans notre direct

Dans la salle de sports, trois vestiaires sont devenus des salles d'examens. Le terrain de handball a lui été transformé en cellule de crise. C'est d'ici que sont également réalisées les téléconsultations. À l'origine du projet, le docteur Philippe Mazurier, médecin généraliste, inquiet de ne plus voir ses patients habituels dans son cabinet : "Les gens ne sortaient plus et les cabinets s'étaient vidés, et ce n'est pas possible que des malades qui existaient avant n'existent plus maintenant."

Nous pouvons continuer à suivre dans nos cabinets les patients habituels : les diabétiques, les insuffisants cardiaques qui avaient peur de sortir de chez eux. 

Philippe Mazurier, médecin généraliste

à franceinfo

Au total, avec le soutien de la municipalité et le feu vert de l’agence régionale de santé, 11 médecins et 19 infirmières des environs ont répondu à l’appel, comme Delphine. "Mon jardin donne sur cette salle de sport. Je n'ai qu'une hâte c'est que les lieux soient remis dans un bon contexte. Je voudrais essayer de préserver en tout cas le maximum de personnes."

Pour faire face au manque de matériel, c’est toute la ville qui a été mise à contribution, souligne Philippe Mazurier. "Comme dit l'une de mes collègues, nous avons ouvert un atelier clandestin de couture. En récupérant des draps nous avons fabriqué des casaques, c'est comme des surblouses."

Des patients rassurés

Une patiente qui tousse et a des douleurs quand elle respire se présente. Le médecin enfile l’une de ces blouses. C'est le médecin traitant de la patiente qui lui a pris un rendez-vous au centre de consultation. Mal à la tête, de la fièvre, mais une fois la consultation terminée, Coralie repart soulagée : "On psychote pas mal aussi. Ouvrir ce genre de centre je trouve ça bien. J'hésitais par rapport aux autres, mais là je voulais consulter. Je suis plus rassurée, je retourne me confiner chez moi et je ne ressors pas avant je ne sais pas quand !"

Coralie repart soulagée sans avoir croisé d'autres malades potentiels grâce au parcours de soins mis en place. L’évolution de ses symptômes sera surveillée via des téléconsultations régulières. Quant aux malades chroniques, ils commencent à revenir dans les cabinets médicaux, constate le Docteur Mazurier.

Retrouvez le reportage de Fanny Lechevestrier et d'Olivia Branger sur le centre Covid-19 de Tinténiac.
écouter

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.