Nouveau monde, France info

Nouveau monde. Aider la recherche sur le coronavirus avec son ordinateur personnel

Ce projet relie des milliers de machines entre elles pour créer un super ordinateur virtuel.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Des coronavirus Covid-19 vus par un microscope éléctronique. Photo d\'illustration.
Des coronavirus Covid-19 vus par un microscope éléctronique. Photo d'illustration. (IMAGE POINT FR - LPN / BSIP)

L’union fait la force. C’est le principe du programme Folding@Home, un programme de calcul informatique partagé qui utilise la puissance des ordinateurs personnels pour la recherche sur les maladies, dont le Covid-19.

L’une des pistes scientifiques pour le traitement de la pandémie Covid-19 est la modélisation des protéines du coronavirus. Pour cela, il faut une puissance de calcul informatique considérable. Or, de la puissance de calcul, nous en avons tous un petit peu avec nos ordinateurs personnels à la maison. Le programme Folding@Home permet à tout un chacun de mettre en commun cette puissance partagée.

Plus fort que l'ordinateur le plus puissant du monde

Pour participer, c’est assez simple. Il suffit de se rendre sur le site Folding@Home et de télécharger puis d’installer le petit programme proposé. Celui-ci va alors fonctionner en arrière-plan sur votre ordinateur (près de 95% de la puissance des ordinateurs personnels est inemployée). Cela fonctionne aussi bien sous Windows que sous macOS ou Linux et il faut évidemment une connexion internet. Avec les millions de gens qui participent déjà, le programme Folding@home atteint actuellement une puissance informatique supérieur à 470 pétaflops, c'est-à-dire 470 millions de millards d’opérations par seconde. C'est trois fois plus que l’ordinateur le plus puissant du monde.

À quoi ça sert ? Le responsable du projet a posté sur Twitter une première représentation en 3D d’une pointe de protéine du coronavirus. Voici à quoi cela ressemble :

Washington University School of Medicine / Folding@Home

Ces recherches sont ouvertes et diffusées à plusieurs laboratoires dans le monde dans le cadre d'une collaboration scientifique internationale.

16 super ordinateurs en parallèle

D’autres programmes sont en train de se mettre en place. Aux États-Unis, le consortium Covid-19 High Performance Computing Consortium regroupe des organismes comme IBM, la NASA, Microsoft, HP, Google ou Amazon. Il fédère 16 supercalculateurs pour un total de 330 pétaflops, au service de la recherche devant mener à des traitements et un vaccin. Si l’on en croit les chiffres (330 contre 470) , la puissance de ces 16 super-ordinateurs est cependant inférieure à la puissance cumulée du programme collaboratif Folding@home.

Des coronavirus Covid-19 vus par un microscope éléctronique. Photo d\'illustration.
Des coronavirus Covid-19 vus par un microscope éléctronique. Photo d'illustration. (IMAGE POINT FR - LPN / BSIP)