Cet article date de plus d'un an.

Nord : des salariés d'Aldi en grève après la baisse de leur prime liée à l'épidémie de coronavirus

Ces salariés d'un entrepôt logistique du discounter allemand protestent contre la baisse de la prime qui devait leur être versée, pour les récompenser de leur travail durant la confinement. 

Article rédigé par
avec France Bleu Nord - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un entrepôt logistique de la grande distribution. (photo d'illustration) (GUILLAUME BONNEFONT / MAXPPP)

Une soixantaine de salariés de l'entrepôt Aldi de Cuincy (Nord) sont en grève pour protester contre une baisse de leur prime, rapporte France Bleu Nord ce mardi 19 mai. Ils ont appris la réduction drastique de la participation aux bénéfices qu'ils doivent toucher pour leur engagement pendant le confinement lié à l'épidémie de coronavirus. Depuis ce lundi, les grévistes bloquent la circulation des camions de l'entrepôt qui alimentent les magasins de la chaîne autour de Douai.

>> Coronavirus : suivez l'évolution de l'épidémie de Covid-19 et ses conséquences dans notre direct

Les salariés comptaient à la base sur une participation aux bénéfices (une prime) autour de 600 à 700 euros selon des expertises réalisées en amont. "On est passé de 600-700 euros prévus à 200-210 euros", dénonce Cédric Haffner, délégué CGT Aldi. Cette annonce ne passe pas chez ces salariés qui ont continué à travailler pendant le confinement. "On était comme des héros parce qu'on permettait à la population de continuer à acheter de l'alimentation et à venir se nourrir malgré toutes les problématiques qui existaient", s'agace Cédric Haffner.

D'après le délégué syndical, cette baisse s'explique "par des opérations commerciales et la préparation de publicités à la télévision, sur les médias écrits ou audio". La direction n'a pas encore répondu aux sollicitations de France Bleu Nord.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.