Municipales en juin : le Rassemblement national exige que "chaque électeur se voit remettre un masque chirurgical"

Le vice-président du RN, Jordan Bardella, estime qu'il est "trop tôt" pour décider d'un second tour le 28 juin et qu'il faudra en tous les cas, des garanties sanitaires pour les électeurs et pour ceux qui tiennent les bureaux de vote.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Jordan Bardella, Vice-président du Rassemblement National, était l'invité du "8h30 franceinfo" mardi 3 mars. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Le Premier ministre Édouard Philippe doit confirmer vendredi 22 mai si la date du 28 juin est finalement retenue pour le second tour des élections municipales. Invité de franceinfo, le vice-président du Rassemblement national Jordan Bardella juge qu'il est "trop tôt" pour se prononcer.

>> Municipales : les dernières informations dans notre direct.

ll explique que son parti "a exigé plusieurs choses" si le 28 juin était confirmé : "chaque électeur" devra se voir remettre "un masque chirurgical à l'entrée du bureau de vote avec une pince, comme ça se fait dans d'autres pays pour entrer dans des commerces alimentaires", tous ceux qui vont se dévouer, s'engager pour surveiller les bureaux de vote, que ce soient les présidents de bureaux, les assesseurs, les délégués" devront être équipés "d'un masque FFP2 renouvelable toutes les quatre heures" et "du gel hydroalcoolique [devra être installé] à l'entrée ou à la sortie" des bureaux de vote.

"Il doit y avoir ces garanties sanitaires absolument indispensables"

Jordan Bardella regrette de n’avoir "malheureusement pas eu de réponse à cette garantie qui nous semble absolument essentielle puisqu'il est avéré qu'il y a eu évidemment des cas supplémentaires [de Covid-19] qui sont venus s'additionner dès le 15 mars [après le premier tour des municipales]. Des maires qui ont été gravement malades, certains maires sont décédés suite à la tenue de ce bureau de vote". Pour lui, "si le second tour des municipales se tient en juin, il doit y avoir ces garanties sanitaires absolument indispensables, sans lesquelles nos compatriotes ne se déplaceront pas ".

La balle est dans le camp du gouvernement. Il faut qu'il soit capable d'assurer la sécurité des citoyens qui vont se déplacer pour élire leurs maires.

Jordan Bardella, eurodéputé et vice-président du RN

à franceinfo

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.