Morts du coronavirus en Ehpad : "C'est en fin de semaine que l'on pourra avoir de véritables chiffres", affirme la représentante des établissements privés

Florence Arnaiz-Maumé, déléguée générale du Synerpa, juge que les chiffres communiqués sur la mortalité causée par le coronavirus dans les Ehpad sont encore imprécis. 

Des dépistages du coronavirus sont effectués sur des résidents d\'un Ehpad, à La Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine), le 31 mars 2020. 
Des dépistages du coronavirus sont effectués sur des résidents d'un Ehpad, à La Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine), le 31 mars 2020.  (GUILLAUME GEORGES / MAXPPP)

En France, 570 résidents d'Ehpad du Grand Est sont morts du Covid-19 depuis le début de l'épidémie, a annoncé mercredi 1er avril, l'Agence régionale de santé. 411 établissements sont touchés par le virus, soit deux tiers des Ehpad de la région. "C'est en fin de semaine que l'on pourra avoir de véritables chiffres", a tempéré Florence Arnaiz-Maumé, déléguée générale du Synerpa (Syndicat national des établissements et résidences privés pour personnes âgées), invitée de franceinfo, jeudi 2 avril. 

>> Coronavirus : retrouvez toutes les informations dans notre direct

franceinfo. Que pensez-vous de ce bilan ?

Florence Arnaiz-Maumé. Il faut faire très attention parce que ce bilan a été donné à la hâte. Quand Jérôme Salomon [directeur général de la Santé] a évoqué les 570 décès dans le Grand Est, il a bien précisé que la cause des décès n'avait pas été répertoriée. Les 570 décès en Ehpad c'est vraisemblablement des décès Covid et hors Covid.

C'est en fin de semaine seulement  que l'on pourra avoir de véritables chiffres. La remontée des chiffres des Ehpad sur leurs cas, voire leurs décès, liés au Covid n'est effective que depuis lundi matin sur un site en particulier qui a été créée par les autorités.

Tous les résidents des Ehpad ne vont pas être testés. Est-ce une bonne décision ?

Le problème du manque de tests est patent. Olivier Véran nous a précisé que nous allions être prioritaires. L'idée n'est pas de tester 100 % des résidents et des salariés. Sur les sites où le virus est entré, il faudrait beaucoup plus de tests faits sur les personnes âgées.

Sur les 7 000 Ehpad, la grande majorité est épargnée par le virus, on a une part d'établissements qui est confrontée au virus mais sans cas dramatiques. C'est cette part d'établissements que nous avons encore du mal à évaluer, ils ont entre un et trois cas, mais non critiques. Dans 30 à 50 établissements, il y a des situations extrêmement critiques. Ils ont eu à vivre des décès en enfilade qui ont véritablement fracturé les équipes.

Faut-il isoler les résidents des Ehpad dans leurs chambres ?

Depuis le début du mois, on a beaucoup encouragé le confinement en chambre qui offre les meilleures chances de non contamination des personnes âgées. Pour nous, c'est une excellente solution, le ministre l'avait recommandée en début de mois et l'a fortement conseillé depuis ce week-end. C'est une toute autre organisation du personnel. C'est lui qui va en chambre tout au long de la journée et qui apporte le service en chambre, aussi bien le service soignant que le service de restauration.