Mission coronavirus : tour d'Europe des forces armées, mobilisées contre la propagation de l'épidémie

L'Europe est devenue l'épicentre de l'épidémie avec des situations alarmantes dans certaines zones, notamment en Italie. Les pays européens, comme la France, ont appelé leur armée en renfort pour lutter contre la propagation du coronavirus.

Des soldats de l\'armée italienne à un point de contrôle à quelques kilomètres de la petite ville de Castiglione d\'Adda, au sud-est de Milan, le 27 février 2020.
Des soldats de l'armée italienne à un point de contrôle à quelques kilomètres de la petite ville de Castiglione d'Adda, au sud-est de Milan, le 27 février 2020. (MIGUEL MEDINA / AFP)

Les gouvernements de nombreux pays d'Europe ont fait appel aux militaires pour lutter contre la pandémie de coronavirus. Soit afin d’apporter une aide sanitaire, soit pour épauler les forces de sécurité afin que le confinement soit respecté. Quelques exemples chez certains de nos voisins européens.

>> Suivez les dernières infos sur la pandémie de Covid-19 dans notre direct

En Allemagne, on anticipe

La ministre de la Défense allemande, Annegret Kramp-Karrenbauer, mobilise depuis le 20 mars les réservistes de l’armée pour combattre le coronavirus. "Nous nous préparons pour le moment où les forces armées seront épuisées", a expliqué la ministre. Sur les quelque 75 000 réservistes que compte l'Allemagne, environ 2 300 ont été mobilisés, ajoutés aux 900 "réservistes sanitaires" qui se sont déjà manifestés.

En Suisse, la "milice" en renfort

Dans ce pays où tout le monde doit effectuer un service militaire, l’armée entend mobiliser jusqu'à 8 000 "miliciens" - c'est ainsi qu'on les appelle dans la Confédération helvétique – sur les 100 000 actuellement recensés. En Suisse, le dernier recours à l'armée dans un contexte sanitaire remonte à 2015. En période de forte canicule, les militaires avaient été mobilisés pour approvisionner en eau le bétail dans les pâturages de montagne.

L’Italie gère l’urgence

C’est l'un des pays les plus touchés par le coronavirus Covid-19. Face à cette épidémie galopante, l’Italie a appelé en renfort son armée pour évacuer des malades en hélicoptère dans des hôpitaux où des lits sont disponibles. Notre voisin transalpin a malheureusement dû demander également de l’aide aux militaires pour s’occuper des personnes décédées, en particulier à Bergame, en Lombardie.

Dans cette ville, située au cœur du principal foyer de coronavirus, les services funéraires sont dépassés. L’armée a déjà envoyé la semaine dernière 15 camions militaires pour transférer les dépouilles des victimes vers des communes voisines. Selon le quotidien Il Corriere della Sera, 17 000 soldats ont été mobilisés en plus des 7 000 qui patrouillent dans les rues italiennes pour des missions d’ordre public. 

En Espagne, l'objectif est sanitaire

Chez nos voisins espagnols la pandémie prend des proportions inattendues. C'est la région de Madrid, la plus touchée dans le pays, qui fait l'objet d'une mission sanitaire de l’armée du pays. Les pavillons de la foire commerciale de la capitale ont été transformés en hôpital de campagne où 200 patients ont déjà été pris en charge le week-end dernier. 1 300 lits ont déjà été installés, selon le gouvernement régional, et, à terme, l'hôpital pourrait en compter 5 500, ce qui en ferait le plus grand hôpital d'Europe. Les militaires, comme en France et en Italie, aident également aux transferts de malades vers des structures moins surchargées. Ils mettent aussi en œuvre des opérations de désinfection, notamment dans les maisons de retraite, très menacées. 

Et la France ? 

L’Hexagone se cantonne pour l’instant à des missions sanitaires. Le Service de santé des armées et l’armée de terre ont déployé une structure de réanimation pouvant accueillir 30 patients en réanimation sur le parking de l’hôpital de Mulhouse, dans le Haut-Rhin. Plusieurs rotations Morphée de l’A330 Phénix de l’armée de l’air ont eu lieu entre Mulhouse et les régions Paca, Nouvelle-Aquitaine et Bretagne pour transférer des malades dans des établissements pouvant les accueillir. Un bâtiment de la Marine nationale, le "Tonnerre", équipé d’un hôpital à bord, a évacué d’Ajaccio, en Corse, 12 patients vers les hôpitaux de Marseille.