Le silence dans les transports, la recommandation sanitaire qui fait bondir les usagers

Ne plus parler, ne plus téléphoner dans les transports en commun, telles sont les recommandations de l'Académie de médecine pour éviter la propagation du coronavirus. Une annonce qui fait réagir bon nombre de citoyens.

Ne plus parler, ne plus téléphoner, garder les distances de sécurité dans les transports en commun. Ces recommandations de l'Acamédie de médecine permettraient de mieux lutter contre la propagation du coronavirus et, notamment, les variants anglais et sud-africain, annoncés comme beaucoup plus contagieux. Des mesures qui divisent les usagers du métro parisien. "Ce qu'il y a d'important, c'est le masque pour tout le monde. Après, ne plus parler au téléphone, c'est un peu exagéré", estime par exemple un voyageur du métro parisien.

En Allemagne, des FFP2 dans les transports

Bouche cousue et masquée, nous serions donc moins vulnérables au virus selon un expert : "Il y a des études qui ont montré qu'en fonction du nombre de décibels, vous augmentez le nombre de postillons et donc il y a un risque qu'un certain nombre de particules virales passent au travers des différents masques".

En Bavière, les Allemands ont choisi d'imposer le port du masque FFP2 dans les transports en commun, beaucoup plus filtrants et donc plus protecteurs que les masques chirurgicaux. Mais devenus obligatoires en Autriche, ces masques utilisés dans les hôpitaux, sont aussi beaucoup plus chers. En France, cette recommandation de l'Académie de médecine n'est toutefois pas présentée comme une préconisation officielle du gouvernement.

Ne plus parler ni téléphoner dans les transports en commun : tels sont les préconisations de l\'académie de médecine pour lutter contre la propagation du virus
Ne plus parler ni téléphoner dans les transports en commun : tels sont les préconisations de l'académie de médecine pour lutter contre la propagation du virus (France 3)