Covid-19 : les masques français cherchent preneurs

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
La crise sanitaire a souligné les reculs français en matière de production industrielle, notamment dans le domaine de la santé. Depuis, la production rattrape son retard au niveau des masques sanitaires, mais peine à trouver preneur dans un marché toujours plus concurrentiel.
FRANCEINFO
Article rédigé par
M.Mercier, M.Khiat, M.Niewenglowski - franceinfo
France Télévisions

La crise sanitaire a souligné les reculs français en matière de production industrielle, notamment dans le domaine de la santé. Depuis, la production rattrape son retard au niveau des masques sanitaires, mais peine à trouver preneur dans un marché toujours plus concurrentiel.

Depuis quelques mois, en pharmacie, tous les masques sont "Made in China". Pourtant, les professionnels du secteur tentent de vendre français. "Les masques français quand on les commande, sont plus chers. Les clients ont donc un petit moment de réflexion quand on leur donne (...) et au final on ne les vend pas", raconte Martine, préparatrice en pharmacie. Pour une boîte de 50 masques chirurgicaux, il faut compter 12,90 euros pour les français, 8,90 euros pour les chinois. En 2020, la France a importé pour 5 milliards d'euros de masques venant de Chine.

La production française en hausse

Si les masques français ne sont pas très prisés, la production a pourtant augmenté. Avant la crise, la France produisait 14 millions de masques. Depuis, ce sont 411 millions par mois qui sortent des usines françaises. Une production qui pourrait être encore plus importante, si la matière première, le melt blown, était également disponible sur le territoire. "Il est essentiel de fabriquer nous-même (...) pour des raisons d'autonomie et de sécurisation de fabrication", explique Jacques Tankéré, PDG de Texinov. Certaines entreprises continuent de produire en masse, à destination de l'étranger, faute de commandes publiques.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.