"C'est affreux d'avoir toujours cette chose sur la figure !" : à Marseille, le port du masque obligatoire ne fait pas l'unanimité

Le port du masque est obligatoire dans tout Marseille à partir de mercredi 23 heures, pour lutter contre la propagation du Covid-19. Jusqu'ici, le masque n'était obligatoire que dans sept arrondissements. Une nouvelle pas toujours bien accueillie par les habitants.

Article rédigé par
Mathilde Vinceneux, édité par Pauline Pennanec'h - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un passant porte un masque sur le visage, le long de la plage de la Pointe rouge, le 27 juillet 2020 à Marseille (Bouches-du-Rhône). (CLEMENT MAHOUDEAU / AFP)

À la sortie d'une boutique de Marseille, Katia glisse son masque sous son menton pour respirer un peu d'air frais. Elle vient d'apprendre que désormais, elle va devoir le porter en permanence à l'extérieur dès 23h, mercredi 26 août, pour lutter contre le Covid-19. "C'est de la connerie !", répond l'intéressée. "Mettre le masque quand on est dans un endroit peuplé, d'accord, mais bon, vous vous promenez dans la rue, il n'y a personne, je ne vois pas la nécessité de mettre un masque", souffle-t-elle. "C'est dur à supporter déjà, vous avez des gouttelettes, vous transpirez... C'est affreux d'avoir toujours cette chose sur la figure !"

Laurence et ses fille, Inès et Anaïs, 17 et 18 ans ont elles aussi du mal à supporter le masque, mais elles acceptent la nouvelle obligation. "Malheureusement, ils n'ont pas le choix d'obliger [les gens de porter le masque] parce que sinon, personne ne le mettrait", juge Laurence, dont le mari est atteint d'une pathologie grave. "On est vraiment sensibilisés là-dessus."

On croit toujours que ça n'arrive qu'aux autres, mais non, cela peut arriver très vite.

Laurence

à franceinfo

Le préfet de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur a également annoncé la fermeture des bars et restaurants à 23 heures dans toutes les Bouches-du-Rhône. Ces mesures ont été décidées face à la forte accélération de l'épidémie de coronavirus dans le département des Bouches-du-Rhône, avec un taux d'incidence de 177 pour 100 000 dans la seconde ville de France et de 131 sur 100 000 pour le département, contre environ 33 pour 100 000 en moyenne nationale, selon les chiffres indiqués par la préfecture de région dans son communiqué.

Des masques gratuits pour les plus précaires

Il faut donc faire des stocks de masques. La mairie de Marseille va prochainement en distribuer aux familles les plus précaires. Karima a prévu d'en racheter pour ses enfants : "Je pense que je vais investir sur un masque lavable et réutilisable même si ça va être un petit budget parce qu'on est quand même une famille avec quatre enfants, et au moins ils vont personnaliser leurs masques, pour eux ça sera plus attrayant. Peut-être qu'ils vont un peu plus adhérer."

Il n'est pas facile pour les plus jeunes de se responsabiliser. Les policiers ont d’ailleurs déjà beaucoup verbalisé dans le centre-ville où le masque est obligatoire depuis plusieurs jours, ce sera plus progressif dans les autres secteurs. "Nous allons faire progressivement de la pédagogie dans les autres endroits, sachant évidemment qu'on se concentrera sur les lieux où il y a beaucoup de monde", explique le préfet de police Emmanuel Barbe.

Chaque soir de la semaine, une centaine de policiers vont patrouiller à Marseille, pour notamment vérifier le respect du port du masque. Les contrevenants seront passibles d'une amende de 135 euros, amende qui pourra aller jusqu'à 3 750 euros et six mois de prison en cas de verbalisation répétée dans un délai de quinze jours.

Port du masque obligatoire à Marseille - Reportage de Mathilde Vinceneux
--'--
--'--

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.