Les mesures attendues pour sauver le secteur automobile

Frappé de plein fouet par la crise sanitaire, l'automobile peut rêver d'une transition plus verte. Mais comment aider le secteur ?

La filière automobile est paralysée par le coronavirus. Depuis le début de la crise, 400 000 invendus sont stockés sur des parkings et parmi eux, 96 % sont des véhicules thermiques. Pour écouler les stocks, le gouvernement entend élargir la prime à la conversion aux véhicules thermiques et les plus polluants devraient aussi être éligibles à ce dispositif. Un ménage modeste changeant sa voiture pour une neuve ou un modèle récent d'occasion pourrait toucher une prime de 2 000 euros alors qu'elle était de 1 500 auparavant. Elle pourrait grimper à 3 000 euros pour les plus modestes.

Prime à l'électrique

De quoi redonner de l'espoir aux concessionnaires. "Ça peut nous permettre d'approcher des clients qui ont des voitures très anciennes et assez polluantes", reconnait l'un d'entre eux. Le gouvernement veut aussi favoriser les ventes de voitures neuves et augmenter le bonus lié à l'achat d'une voiture électrique. Une prime pourrait passer de 6 000 à 8000 euros pour les particuliers. Mais certains regrettent déjà que l'on abandonne l'essence ou le diesel si rapidement. La fin du moteur thermique, un horizon qui semble tout de même s'éloigner alors que le secteur est fragilisé.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un ouvrier travaille sur une chaîne de montage dans l\'usine Renault de Flins-sur-Seine (Yvelines), le 6 mai 2020.
Un ouvrier travaille sur une chaîne de montage dans l'usine Renault de Flins-sur-Seine (Yvelines), le 6 mai 2020. (MARTIN BUREAU / AFP)