Le billet vert, France info

Le billet sciences. Le transport fluvial : une des solutions du transport de demain ?

Alors que le secteur du tourisme enregistre un coup d'arrêt historique, et que le fret est sujet à polémique, le transport fluvial pourrait être une alternative environnementale plus vertueuse. Il faudrait moderniser les voies navigables en France, pour faire face aux enjeux de l'écomobilité de demain.  

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Vue aérienne de la Seine à Paris. 
Vue aérienne de la Seine à Paris.  (GETTY IMAGES)

"Rien ne sert de courir ; il faut partir à point", dit La Fontaine en ouvrant la fable, Le lièvre et la tortue. Le transport fluvial pourrait bien être l'un des transports les plus écologiques pour accompagner la reprise. Depuis le début de l’épidémie de Covid-19, on parle beaucoup de transports, urbain, ferroviaire ou aéronautique, mais beaucoup moins du transport fluvial, qui pourtant, est plutôt vertueux.  

Un trafic à développer  

On dit qu’il y aura un avant et un après Covid-19, et que, promis juré, on va changer nos modes de consommation et de transports. Mais la mémoire des promesses est courte, et la durée de la transition est longue. Or, si on veut parler d’un transport économique et écologique, c’est bien le transport fluvial.

Cette crise met en avant la question de la logistique urbaine qu’il faut repenser.  Car, si relance il y a, ce devra être une relance écologique, sans quoi on échouera sur beaucoup d’autres sujets. 

Thierry Guimbaud, directeur général des voies navigables de France

franceinfo

Les 56 millions de tonnes transportées chaque année, sur les 7 000 kilomètres de voies navigables gérées par VNF, cela paraît beaucoup, mais ça ne représente que 4% du trafic terrestre. Et pour combler notre retard sur nos amis belges ou allemands, il faut, non seulement investir dans les infrastructures comme les écluses, les barrages, la gestion de l’eau, mais aussi proposer des liaisons fluviales comme celle du nouveau canal Seine-Nord, censé rejoindre le bassin du Nord.

On évoque le creusement d’un nouveau canal, le canal Seine-Nord Europe, c’est 100 km à créer sur un ensemble de 1 100 km, pour que nous puissions rejoindre les réseaux fluviaux maritimes qui vont de l’Escaut à Anvers ou encore à Rotterdam. Ainsi, nous ferons la jonction entre les grands canaux du Nord et le bassin de la Seine.

Thierry Guimbaud, directeur général des voies navigables de France

franceinfo

"C’est une offre écologiquement responsable pour faire venir à la voie d’eau de grandes entreprises et les grands chargeurs", ajoute Thierry Guimbaud.  

Des projets pour l’avenir

Lorsqu’on parle transport fluvial, on pense plutôt à une tradition : celle de la batellerie, un transport ancien, lent, qui nécessite des transbordements, contrairement aux camions qui livrent directement sans rupture de charge. Mais encore une fois, le monde du transport devra tenir compte de notre environnement et de notre santé. Une barge sur la Seine, c’est l’équivalent de 400 camions sur le périphérique. Notre santé exige une dédiésélisation rapide du transport routier - l'une des mesures écologiques prises par le gouvernement - ce qui n’empêche pas de moderniser les 1 000 bateaux qui circulent en France, tous ou presque, propulsés en diesel.

"C’est assez impressionnant de voir le nombre de projets, de motorisation électrique, à batterie, ou à hydrogène, avec des piles à combustibles, ou encore au biogaz. Il y a aujourd’hui une profusion de projets, que nous pouvons aider financièrement avec les contributions de l’État, des régions comme l’Île de France, de l’ADEME ou des financements européens. VNF est là pour aider à faire émerger ces projets", souligne Thierry Guimbaud.  

Des croisière fluviales pour vos vacances en France

Rien qu’à Paris, plus de 8 millions de touristes visitent la capitale en bateau, qui sont encore malheureusement quasiment tous propulsés en diesel. Espérons que la reprise accélérera leur transformation. Et pour les vacances d’été, si, Covid oblige, vous deviez rester en France, visitez la France  en vélo, le long des chemins de halage ou en croisière fluviale, en électrique et en silence… Pas forcément besoin de parcourir des milliers de kilomètres : les voies navigables offrent un tourisme vert de proximité plutôt agréable !  

Vue aérienne de la Seine à Paris. 
Vue aérienne de la Seine à Paris.  (GETTY IMAGES)