La découverte d'un traitement contre le coronavirus 2019-nCoV est "l'affaire de quelques semaines", selon l'Inserm

Les chercheurs de l'Inserm utilisent une méthodologie innovante pour trouver un traitement au plus vite, fondée sur le repositionnement des médicaments.

Des chercheurs au laboratoire VirPath, à Lyon, le 5 février 2020.
Des chercheurs au laboratoire VirPath, à Lyon, le 5 février 2020. (JEFF PACHOUD / AFP)

Alors que l'épidémie du coronavirus 2019-nCoV se répand, avec un bilan qui dépasse désormais les 720 morts en Chine, les chercheurs se mobilisent pour trouver un traitement adéquat. "C'est l'affaire de quelques semaines", a affirmé samedi 8 février Manuel Rosa-Calatrava, le directeur de recherche à l'Inserm et directeur adjoint du laboratoire VirPath à Lyon.

>> Coronavirus 2019-nCoV : cinq nouveaux cas confirmés en France, suivez la situation en direct

franceinfo : Comment travaille votre laboratoire ?

Manuel Rosa-Calatrava : Nous avons développé et validé une stratégie assez innovante qui est basée sur le repositionnement des médicaments. C'est-à-dire comprendre leurs effets secondaires et les exploiter pour les rediriger vers des nouvelles indications thérapeutiques, et en l'occurrence des indications thérapeutiques infectieuses. On a validé cette stratégie dans le domaine de la grippe : nous avons un médicament contre l'hypertension que nous avons repositionné et validé dans différents modèles précliniques et nous menons actuellement un essai clinique de phase 2 avec l'ambition d'inclure 176 patients grippe sévère dans 26 centres de réanimation de France.

En quoi cette stratégie est-elle innovante ?

L'avantage, c'est qu'en puisant dans la pharmacopée existante, on réduit considérablement les coûts de développement, mais aussi le temps nécessaire pour proposer de nouveaux traitements aux patients. Aujourd'hui, nous sommes en train de finaliser une banque de travail de ce nouveau coronavirus, qui va nous permettre d'évaluer plusieurs médicaments que nous avons déjà repositionnés contre des coronavirus et en particulier contre le coronavirus du Moyen-Orient, le MERS-CoV, en 2013. L'autre avantage de faire du repositionnement de médicament, c'est aussi de cibler la cellule et donc de minimiser les risques de résistance des virus. On ne cible pas le virus, qui peut muter, on cible la cellule et on essaye d'induire un état cellulaire défavorable à ce virus.

Combien de temps cela va-t-il prendre pour trouver un traitement ?

C'est l'affaire de quelques semaines, on est dans des modèles précliniques. On a un modèle très particulier à Lyon, c'est un épithélium respiratoire humain qui est cultivé in vitro, qui est extrêmement physiologique et qui nous permet de bien évaluer et bien valider des traitements qui pourraient être directement donnés aux patients. On travaille aussi en coordination avec l'institut Pasteur à Paris qui évalue d'autres types de molécules, en particulier des molécules anti-Ebola ou anti-HiV qui ont été développées ces dernières années et qu'ils vont tester contre ce nouveau coronavirus. On a aussi l'ambition de proposer un traitement en combinaison : combiner les médicaments qu'on repositionne et qui ciblent la molécule, avec ces antiviraux classiques qui ciblent le virus, pour essayer d'avoir des effets antiviraux synergiques.