VIDEO. Italie : le casse-tête de l'organisation des plages en vue de l'été

Les autorités mettent en place des mesures sévères afin de sécuriser les plages et ainsi favoriser l'accueil des estivants. 

France 2

Préserver le tourisme tout en limitant les risques de contagion. C'est le dilemme auquel est confrontée l'Italie, qui a payé un lourd tribut face à l'épidémie de coronavirus. La gestion des plages s'annonce un véritable casse-tête. C'est le cas à Rimini, sur la côte Adriatique. Les autorités envisagent d'obliger le port du masque, même sur le sable, jusqu'à l'entrée dans l'eau. Et au moment de mettre en place les parasols, le responsable veille à ce que les mesures sanitaires soient respectées, avec une distance de 5 mètres entre chaque ombrelle. "Cela veut dire qu'on va réduire de 50% le nombre de parasols sur notre territoire", explique Mauro Vanni, président des propriétaires de Rimini. 

Pas d'augmentation des prix

 La ville compte 15 km de plages de sable blanc, et habituellement 15 000 parasols payants collés les uns aux autres. Cet été, il n'y en aura 70 000 et donc un manque à gagner considérable. Mais pour autant, pas question d'augmenter les prix, les clients seraient mécontents. Certaines entreprises se sont lancées dans la fabrication de "cabanon de plage". Du côté de l'épidémie, la Lombardie continue d'inquiéter les autorités, qui y constatent des foyers encore persistants. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Une plage déserte à Ostie, dans la banlieue de Rome en Italie, le 1er mai 2020 (photo d\'illustration).
Une plage déserte à Ostie, dans la banlieue de Rome en Italie, le 1er mai 2020 (photo d'illustration). (FILIPPO MONTEFORTE / AFP)