Italie : des contrôles renforcés à l'arrivée pour détecter les cas positifs au coronavirus

En Italie, les aéroports italiens imposent désormais des tests aux passagers en provenance de cinq pays. Sept régions de France sont concernées par la mesure.

France 2

Des contrôles à l'aéroport : voilà ce qui attend une grande partie des Français qui se poseront en Italie à partir du mardi 22 septembre. Deux options se présentent : les arrivants peuvent présenter un test négatif de moins de 72 heures, ou se diriger vers une zone où des tests rapides permettent de déterminer leur statut face au coronavirus. "Le problème est qu'un test est valable sur le moment. Quelques heures après, il n'a déjà plus de valeur", critique un voyageur. Ces contrôles concernent aussi bien les Français que les Italiens qui reviennent de France.

L'attente des voyageurs va s'allonger

La mesure va générer de longues files d'attente dans les aéroports. Mais selon les responsables, le trafic aérien est encore à un niveau suffisamment faible pour que ces contrôles soient gérables. "Le nombre d'avions a baissé de 60 % pour les vols intérieurs, et 80 % pour les vols européens. Nous ne faisons pratiquement plus aucun vol intercontinental", explique Marco Trocone, administrateur de l'aéroport de Rome-Fiumicino. Le gouvernement souhaite éviter que le virus ne revienne massivement par les aéroports. Mais cette décision concernant les sept régions françaises est une surprise et sa mise en place se fait dans une certaine improvisation. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Le tarmac de l\'aéroport Roissy - Charles de Gaulle, près de Paris, le 23 juin 2020.
Le tarmac de l'aéroport Roissy - Charles de Gaulle, près de Paris, le 23 juin 2020. (UGO PADOVANI / HANS LUCAS / AFP)