"Il est le seul chef d'État à ne pas reconnaître la gravité de la situation" : l'ancien ministre de la Santé du Brésil accuse Bolsonaro d'avoir mal géré la pandémie

Avec près de 15 millions de cas et plus de 400 000 décès depuis le début de la pandémie, le Brésil a connu une situation sanitaire catastrophique. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Luiz Henrique Mandetta, ancien ministre de la Santé du Brésil, le 4 mai 2021.  (JEFFERSON RUDY / AGENCIA SENADO)

Luiz Henrique Mandetta est le premier des trois ministres de la santé limogés par Jair Bolsonaro durant cette crise sanitaire. Dans un entretien exclusif à franceinfo, Luiz Henrique Mandetta revient sur son expérience au sein du gouvernement Bolsonaro et ses relations avec le président brésilien, et évoque ses nouvelles ambitions politiques. Luiz Henrique Mandetta est aussi le premier grand témoin à être entendu dans le cadre d’une Commission d’Enquête Parlementaire (CPI) sur la gestion de l’épidémie de Covid au Brésil.   

Luiz Henrique Mandetta estime que Jair Bolsonaro n’a pas été le seul à commettre une erreur stratégique au début de la pandémie. Mais à l’inverse notamment de Boris Johnson au Royaume Uni, Jair Bolsonaro lui n’a pas voulu rétropédaler : "Là où il s'enfonce, c'est qu'il devient le seul chef d'État à ne pas reconnaître la gravité de la situation, explique-t-il. Il est resté campé sur ses positions".

"Il s'est appuyé sur la chloroquine, ce médicament évoqué par des médecins français et, encore aujourd’hui, ce médicament sert d’alibi au président brésilien pour que les personnes se détournent des mesures qui sont prises."

Luiz Henrique Mandetta

à franceinfo

"Ensuite, il a commencé à dire que s'il fallait choisir entre la santé et l'économie, il choisirait l'économie", poursuit l'ancien ministre de la Santé. "Et il a mis en place toutes les conditions pour que le confinement ne se fasse pas, et c'est dur d'imposer un confinement. Il en a profité pour créer des divisions. C'est précisement ce que le virus adore. Il prétend que c'est une petite grippe... et c'est là sa responsabilité", accuse-t-il. 

Des relations tendues avec le président brésilien

Ce mardi 4 mai 2021, Luiz Henrique Mandetta a remis aux sénateurs brésiliens une lettre signée de sa main et adressée l’an dernier, au début de la pandémie, au chef de l’État. Dans ce courrier, il détaille les mesures à prendre en urgence pour éviter "une saturation du système de santé". Il affirme avoir alerté le président brésilien Jair Bolsonaro sur les "conséquences gravissimes" de sa stratégie de lutte contre la pandémie.      

"Quand j'étais au ministère, il m'a envoyé de nombreux signaux d'insatisfactions. Il sortait dans les rues, il prenait des bains de foule. Il a fait un voyage aux États-Unis pour une rencontre avec le président Trump. Les deux sont sortis avec un flacon de chloroquine à la main en disant que ça allait résoudre tous les problèmes", poursuit Luiz Henrique Mandetta. Et uniquement dans ce voyage officiel, 17 personnes sont revenues malades des États-Unis. Je les avais prévenus, je leur avais dit : 'Il vous faut du gel hydroalcoolique. Il vous faut des masques pour vous protéger' et eux ne les utilisaient pas délibérément". 

Le monde parallèle de Bolsonaro

Pendant plus d’un an, Luiz Henrique Mandetta a côtoyé le président brésilien. En accord avec la nécessité de faire reculer le Parti des Travailleurs (PT), la force politique de gauche de l’ancien président Lula, ce médecin orthopédiste a atteint les limites de sa collaboration avec Jair Bolsonaro au début de la pandémie. Luiz Henrique Mandetta a voulu suivre et défendre les recommandations de l’OMS. Ses prises de position sur la gestion de la pandémie ont déplu à Jair Bolsonaro.

"Beaucoup de ministres lui ont dit qu'il faisait fausse route. Au début, il nous disait qu'il comprenait qu'il était d'accord. Il disait 'oui oui, je vais changer' et le lendemain… il avait encore changé d'avis."

Luiz Henrique Mandetta

à franceinfo

"Bolsonaro a deux mondes. Il a un monde réel. Là où nous sommes, où on travaille, où les personnes tombent malades, où il existe des hôpitaux où l'environnement existe. Et il y a le monde numérique, le monde virtuel qui est à l'intérieur des réseaux sociaux", juge Luiz Henrique Mandetta. 

Bolsonaro ne peut plus vraiment reculer au risque de perdre sa base électorale

A 15 mois de l’élection présidentielle le pays se dirige vers un affrontement entre deux candidats : Lula et Bolsonaro. Luiz Henrique Mandetta aimerait incarner une 3e voie. Aux antipodes des opinions de la gauche brésilienne représentée par Lula, il considère le jusqu’au boutisme de Bolsonaro inconséquent voire dangereux. Selon lui, l’actuel président s’enferme dans un personnage. "S'il reconnaît qu'il s'est trompé, il va frustrer tous ses fans d'Internet. Il est enfermé dans un personnage". 

"Cette théorie de l'absurde quand il parle de conspiration mondiale dont la Chine serait à l'origine pour conquérir le monde. Tout ça n'est qu'une grande invention. Ce monde virtuel y croit. Comme ils croient au fake news, aux mensonges et il règne avec ce groupe là."

Luiz Henrique Mandetta

à franceinfo

"C'est pour ça que sa popularité bouge très, très peu en fait, poursuit l'ancien ministre. Elle oscille vaguement, autour de 25%. Elle ne bouge pas parce qu'elle n'est pas dans le monde réel. En fait, il s'appuie sur l'anti-establishment et il le transforme en combustible pour continuer à exister", conclut Luiz Henrique Mandetta. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.