"J'ai perdu 15 amis en un mois" : au Brésil, des habitants racontent un an d'une pandémie de Covid-19 hors de contrôle

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 9 min.
Cinq témoins brésiliens racontent une année de pandémie de Covid-19 dans leur pays. De gauche à droite : Marcela, Ariadne, Monica, Eliane et Whalaf. (JESSICA KOMGUEN / FRANCEINFO)

Avec plus de 358 000 morts, le Brésil est le deuxième pays le plus touché au monde par le Covid-19. Le variant détecté en Amazonie fait des ravages et la vaccination, trop lente, peine à contenir les contaminations. Franceinfo a recueilli les témoignages d'habitants.

Pénurie d'oxygène, système de santé saturé, hécatombe dans les hôpitaux... Le Brésil traverse une crise sanitaire dramatique depuis plus d'un an, aggravée ces dernières semaines par la propagation du variant P.1, jugé plus résistant aux vaccins. Au seul mois de mars 2021, le pays de 211 millions d'habitants a enregistré 66 500 morts du Covid-19, soit plus du double que le précédent record mensuel de juillet 2020. Tous les indicateurs sont au rouge : au 14 avril, le taux d'incidence national était de 6 471 (contre 342 en moyenne en France), et près de 4 000 décès étaient enregistrés chaque jour. 

>> DIRECT. Suivez notre direct sur l'épidémie de Covid-19

Malgré la gravité de la situation, le président Jair Bolsonaro continue de minimiser les faits et refuse d'imposer un confinement national, afin de préserver l'économie. La crise sanitaire est telle que le Sénat brésilien a annoncé l'ouverture prochaine d'une enquête sur la gestion de la pandémie par le chef de l'Etat, tandis que l'ex-président Lula a qualifié cette épidémie de "plus gros génocide" de l'histoire du Brésil. Entre colère et détresse, cinq témoins brésiliens racontent à franceinfo leur année, marquée par cette pandémie.

Ariadne, 30 ans, professeure de français à Manaus : "J'ai vécu 18 jours de torture"

"Quand j'ai appris l'existence du Covid-19 en mars 2020, je me suis tout de suite protégée parce que j'habite avec mes parents qui sont âgés. Tous les jours, je voyais le taux de mortalité grimper à Manaus [la plus grande ville de l'Etat d'Amazonas]. Autour de moi, certains continuaient à faire la fête. Il faut dire que le gouverneur, qui est un proche de Jair Bolsonaro, minimisait la gravité de l'épidémie donc ça n'encourageait pas les habitants à se protéger.

J'ai été contaminée dès le mois de mars. Je pense que mon petit ami, agent de sécurité dans un hôpital, m'a transmis le virus. J'ai essayé d'aller me faire soigner à l'hôpital, mais les services étaient déjà débordés. Alors je suis restée chez moi. J'ai vécu 18 jours de torture. Je n'arrêtais pas de tousser, j'avais des douleurs à la poitrine, j'ai perdu le goût, l'odorat, et j'étais épuisée. Beaucoup d'habitants sont morts chez eux, faute de soins. Même dans certains l'hôpitaux, certains sont morts avant d'être pris en charge.

"Les malades étaient soignés à côté des personnes mortes du virus. Les corps étaient enveloppés dans des sacs mortuaires et posés sur des civières en attendant d'être emmenés par les pompes funèbres."

Ariadne

à franceinfo

L'arrivée du variant P1 a aggravé la situation, surtout pour les jeunes. Au mois de janvier, j'ai perdu 15 amis. Ils avaient tous entre 20 et 40 ans. A cause de la hausse du nombre de morts, ils n'ont pas eu de tombe individuelle et ont été enterrés dans une sépulture collective. Je n'ai pas pu leur dire au revoir. Aujourd'hui, la situation est toujours dramatique, et les hôpitaux manquent d'oxygène. Un marché noir s'est même développé, où des bouteilles d'oxygène se revendent jusqu'à 5 000 réaux (environ 700 euros). A l'hôpital, les médecins sont contraints de choisir qui va mourir et qui va vivre."

Monica, 53 ans, kiné dans une favela de Rio : "Beaucoup de familles n'ont plus rien"

"Je travaille à Complexo do Alemão [au nord de Rio de Janeiro] depuis quinze ans. La vie dans les favelas a toujours été violente et difficile, mais la souffrance a décuplé avec la pandémie. J'entends encore plus d'échanges de tirs qu'avant. Le respect du confinement est impossible : les habitants vivent parfois à 10 dans des espaces minuscules. Les familles vivent essentiellement du système D. L'Etat est absent, beaucoup n'ont plus rien et ne survivent que grâce à la solidarité. Il y en a qui partagent leur repas avec leurs voisins, d'autres qui apportent des paniers alimentaires.

"En ce moment, beaucoup de personnes meurent de faim dans les favelas."

Monica

à franceinfo

J'ai créé le seul centre médical de la favela et le seul centre du Brésil gratuit pour les personnes handicapées. Je ne vis que grâce aux dons. Depuis un an, je reçois beaucoup de patients guéris du Covid-19 qui présentent de lourdes séquelles. Au début, j'avais surtout des patients âgés de 50 à 60 ans, mais aujourd'hui il y a beaucoup plus de jeunes. Ils ont du mal à marcher et à respirer. J'ai eu le cas d'une femme enceinte qui a été intubée pendant deux mois. Elle est en état de choc et n'arrive plus à coordonner ses gestes.

Je me sens souvent impuissante, épuisée. L'autre jour, j'ai reçu l'appel d'un homme qui avait été refusé dans trois services d'urgence, faute de place. Il a fini par être accepté dans un hôpital, mais il est mort là-bas, car son état s'était trop aggravé. Son épouse est aussi morte après avoir attendu cinq jours dans les couloirs. Ces situations me révoltent et je n'en vois pas le bout."

Whalaf, 27 ans, agent funéraire à Goiânia : "Une sorte de mousse près de la bouche

"Je me souviendrai toujours de la première fois où j'ai vu une personne morte du Covid-19. C'était en 2020, je travaillais comme thanatopracteur à l'Institut médico-légal de Goiânia [capitale de l'Etat de Goiás, dans le centre du pays]. La personne avait une sorte de mousse près de la bouche et dans les narines. Ses poumons étaient déformés. C'était terrifiant à voir. A l'époque, on pouvait encore étudier les malades, mais depuis, c'est interdit pour empêcher les contaminations. Aujourd'hui, je transporte les corps dans une entreprise de pompes funèbres.

Depuis le mois de mars, le nombre de morts a explosé dans ma ville. J'ai enterré entre 25 et 35 personnes par jour la semaine dernière, dix fois plus que les mois précédents. Je travaille 7 jours sur 7, et de nuit le week-end. 

"Les morts du Covid-19 sont enveloppés dans deux sacs et directement placés dans des cercueils, fermés et scellés. Les familles ne peuvent pas s'en approcher."

Whalaf

à franceinfo

Les morts du Covid-19 ne bénéficient plus de soins de conservation et ne peuvent plus être montrés aux familles. C'est très dur pour elles. Chaque enterrement ne peut pas dépasser 15 minutes et seule une poignée de proches peut y assister. Ils ont juste le temps de dire un mot, chanter une chanson, et on transporte le corps au cimetière avant d'enchaîner avec un autre. Il y a tellement de morts que la préfecture a autorisé l'ouverture de nouvelles tombes. Des sépultures sont creusées tous les jours au tractopelle, et parfois même de nuit."

Eliane, 35 ans, membre de la fédération des peuples autochtones à Várzea Grande : "J'ai eu peur que mon peuple disparaisse"

"Je fais partie du peuple bakairi, un des 43 peuples autochtones du Mato Grosso [centre-ouest du pays]. Je vis à Várzea Grande pour mon travail et le reste du temps, je reste dans mon village dans le Cerrado [une région de savane] avec ma famille. Là-bas, ma communauté est très isolée des services sociaux et de santé. Le premier hôpital est à trois heures de voiture, mais personne n'a de voiture. Il y a un poste médical dans le village, mais il n'est ouvert qu'une semaine par mois. Quand j'ai appris l'existence du virus, j'ai eu peur que mon peuple disparaisse. Depuis que je suis petite, les anciens me racontent l'extermination des Indiens à cause des maladies venues de l'extérieur.

"Le virus est devenu une menace de plus pour mon peuple, avec la déforestation, l'orpaillage ou l'exploitation illégale de nos terres."

Eliane

à franceinfo

Au début, on s'est protégés avec des remèdes traditionnels, comme des bains ou du thé à base des plantes urucum et quinquina. Mais très vite, il y a eu des contaminations. L'Etat nous a envoyé une fois des masques et du gel, ensuite on a dû s'organiser seuls.

En un an, dans le Mato Grosso, beaucoup de chefs indiens sont morts, notamment dans la communauté xavante [un autre peuple amérindien du Brésil]. Le gouvernement a placé les peuples indiens comme prioritaires pour la vaccination, mais seulement ceux qui vivent dans les terres indigènes. Moi, je n'y ai pas eu droit, car je vis surtout en ville. C'est absurde. L'autre problème est la propagation de fausses informations sur le vaccin faite par des groupes évangélistes. Beaucoup d'Indiens refusent de se faire vacciner alors qu'ils sont vulnérables."

Marcela, 32 ans, psychologue à Rio : "Beaucoup de symptômes dépressifs"

"Lorsque le confinement a été décrété à Rio de Janeiro, fin mars 2020, je suis allée travailler aux urgences psychiatriques de l'hôpital de Jurujuba. C'est le seul de la ville de Niterói [située dans l'Etat de Rio de Janeiro] à être entièrement gratuit et ouvert à tout le monde. J'ai tout de suite eu beaucoup de patients avec des symptômes dépressifs. Ils avaient peur de tomber malade, de perdre leur travail, de ne plus avoir de revenus. J'ai reçu un adolescent qui était très angoissé car ses parents avaient déménagé dans une maison avec ses grands-parents et ses cousins pour économiser de l'argent. Il devait partager sa chambre avec sa grand-mère et son cousin et n'avait plus aucune intimité. Il le vivait très mal.

Certains services psychiatriques ont dû fermer pour laisser de la place aux malades du Covid-19. Résultat, des patients qui étaient sous traitement avant la pandémie ont été délaissés. Certains ont décompensé [rupture de l'équilibre psychique], n'ont pas pu avoir leurs médicaments, ou ont disparu. 

"J'ai vécu une année éprouvante. J'allais travailler, je rentrais chez moi, je mettais tous mes vêtements à laver, je me douchais et je ne touchais rien. Je n'ai vu aucun proche, j'avais trop peur de leur transmettre le virus à cause de mon travail."

Marcela

à franceinfo

Avec mes collègues, cette année nous a renforcés. On a ri, on a pleuré, on a été en colère face au manque de soutien et de moyens, mais on s'est toujours battus pour pouvoir soigner tout le monde dignement. Ce qui est le plus dur aujourd'hui, c'est l'absence de perspectives, la multiplication des variants, les services qui ne désemplissent pas. Quand serons-nous tous vaccinés ? Est-ce que le carnaval aura lieu ? La seule bonne nouvelle que je pourrais avoir cette année, c'est la destitution du président."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.