Hippodromes : les courses se tiennent à huis clos

D'habitude, les tribunes sont pleines et les échanges sont vifs entre les parieurs dans les hippodromes. Mais la reprise des courses hippiques, même à huis clos, est un vrai bol d'air pour la profession.

FRANCE 2

Sur l'hippodrome de Caen (Calvados), c'est un jour de course presque comme les autres. Neuf départs, plus d'une centaine de chevaux pour un tour de piste de deux kilomètres à toute allure. Le monde hippique se déconfine dans un silence inhabituel. Les gradins sont déserts. Les seuls spectateurs, des parieurs et des passionnés, sont relégués à l'extérieur de l'enceinte.

"Un peu spécial de courir avec un masque"

À cause de l'épidémie de Covid-19, l'hippodrome est à huis clos. Le seul sport professionnel à être autorisé avant le football, le rugby, le tennis, se fait discret. Les médias ne peuvent pas filmer, seuls les jockeys et leurs assistants peuvent entrer dans l'enceinte. Les règles sanitaires sont drastiques. Le masque est obligatoire, même pendant la course. "C'est un peu spécial de courir avec un masque mais il faut jouer le jeu, c'est important", explique le jockey professionnel Julien Raffestin.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'hippodrome du Putois, à Compiègne (Oise), en 2011.
L'hippodrome du Putois, à Compiègne (Oise), en 2011. (RICHARD DUGOVIC / AFP)