Fin du confinement : les seniors en colère contre le gouvernement

Lundi 13 avril, Emmanuel Macron a annoncé que le déconfinement commencerait le 11 mai. Sauf que certaines populations à risque devront rester chez elles encore après cette date. Parmi eux, certains seniors jugent cette décision arbitraire.

FRANCE 3

Cela fait quatre jours qu'ils ne décolèrent pas. Depuis lundi 13 avril, et l'allocution télévisée d'Emmanuel Macron où le président de la République a annoncé le début de la période de déconfinement au 11 mai, certains retraités critiquent ouvertement le choix de l'exécutif. En effet, le gouvernement ainsi que le conseil scientifique ont répété qu'en ce qui concerne les populations les plus vulnérables au coronavirus Covid-19, le confinement pourrait durer encore plusieurs semaines, voire plusieurs mois.

"Une mesure discriminatoire"

"Je prends ça pour une mesure discriminatoire injuste et surtout l'impression que les personnes retraitées aujourd'hui sont considérées comme des citoyens de seconde zone", se révolte Fatima Sadki, retraitée et responsable de l'Union nationale des retraités et personnes âgées (UNRPA). Certains gériatres, comme le professeur Claude Jeandel, du CHU de Montpellier (Hérault), prônent des "évaluations cas par cas" afin de déterminer qui est vulnérable et doit rester confiné.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le site, référencé par le ministère de la Santé, permet à l\'utilisateur de faire une évaluation anonyme et gratuite de son état de santé.
Le site, référencé par le ministère de la Santé, permet à l'utilisateur de faire une évaluation anonyme et gratuite de son état de santé. (BURGER / PHANIE / AFP)