Factures, loyers, fonds de solidarité : Bruno Le Maire précise les démarches à faire pour les commerçants 

Comment observer le principe du "zéro recette, zéro dépense". Mode d'emploi détaillé par le ministre de l'Économie.

Le ministre de l\'Économie, Bruno Le Maire, le 13 juin 2019.
Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, le 13 juin 2019. (RADIO FRANCE / FRANCEINFO)

Le ministre de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire a précisé mardi 24 mars sur franceinfo les démarches à faire pour les commerçants qui doivent maintenir leurs boutiques fermées en raison de l’épidémie de coronavirus. Le principe du "zéro recette, zéro dépense" concerne notamment les factures, les loyers, et l’obtention d’une part du fonds de solidarité.

>> Coronavirus : les dernières informations dans notre direct.

Électricité, gaz

Pour obtenir un report de la facture d’électricité ou de gaz, qu’elle soit payée en prélèvement automatique ou non, "il faut s'adresser à votre fournisseur d'électricité ou de gaz. Quasiment tous les fournisseurs - pas tous, il y a quelques petits fournisseurs qui ne se sont pas engagés - mais les plus gros fournisseurs se sont engagés à reporter les factures d’électricité et les factures de gaz", comme EDF ou Total par exemple.

Loyer

Quant au report du loyer, "vous vous adressez à votre agence immobilière, votre bailleur" pour le lui demander. "Vous écrivez. Vous demandez le report. Il doit vous être accordé", explique simplement le ministre qui "a signé un engagement avec la plupart des bailleurs français qui se sont engagés", y compris l'Association des bailleurs privés "qui représente des millions de propriétaires qui ont accepté de regarder la possibilité de reporter les loyers".

Bénéficier du fonds de solidarité

Par ailleurs, les commerces n’ayant pas de recettes ou une forte réduction de leurs recettes peuvent bénéficier du fonds de solidarité à hauteur de 1 500 euros. Pour ce faire, il faut "vous adresser à la DGFIP, la direction générale des finances publiques" près de chez vous et "vous avez droit automatiquement" à cette aide.

De plus, les commerces qui sont "dans une situation plus difficile" encore, peuvent bénéficier d’une aide de 2 000 euros supplémentaires à demander au Conseil régional de la région dont dépend le commerce.