Face au confinement, les parents seuls "ne peuvent compter que sur eux-mêmes", alerte l’association "Parents solos et compagnie"

L’association "Parents solos et compagnie" veut attirer l'attention sur la situation des parents célibataires pendant le confinement lié au coronavirus. D'après l'association, certains sont contraints d'interrompre leur activité professionnelle faut d'aide pour garder les enfants.

Une petite fille tenant la main de sa maman (illustration).
Une petite fille tenant la main de sa maman (illustration). (LOIC VENANCE / AFP)

Face au confinement mis en place pour lutter contre l'épidémie de coronavirus, les parents seuls "ne peuvent compter que sur eux-mêmes", alerte Laure Skoutelsky, déléguée nationale de l’association "Parents solos et compagnie", mercredi 8 avril sur franceinfo. Lorsqu'ils ne peuvent télétravailler et qu'ils ont des enfants à leur charge, beaucoup de parents célibataires n'ont pas d'autre choix que d'interrompre leur activité professionnelle, afin de respecter les mesures de confinement. Une difficulté supplémentaire pour cette catégorie de population, déjà aux prises avec de nombreuses difficultés, comme en témoigne la déléguée de cette association.

franceinfo : Le confinement ajoute encore à la charge qui pèse déjà sur les parents seuls ?

Laure Skoutelsky : La situation est un miroir grossissant de la difficulté des parents solos en général. Il y a donc effectivement des difficultés pour sortir faire des courses avec des enfants en bas âge. Quand on a trois enfants entre zéro et trois ans, c'est juste l'enfer. Il y a la question du télétravail avec enfants qui sont autour et qui ne peuvent pas être pris en charge par une deuxième personne. Je rappelle quand même qu'il y a 13 % de familles monoparentales qui sont réellement seules, ça comprend les veufs, les veuves, les abandons de famille. Et ce qui fait fonctionner un parent en solo, ce qui permet d'avancer, c'est le réseau. Le réseau familial, le réseau amical. Forcément, dans la situation actuelle, ce réseau est littéralement dissipé, il est détruit, donc les parents solos ne peuvent compter que sur eux mêmes.

Aujourd'hui ils n'ont pas le droit de recevoir de la visite ou de l'aide à domicile ?

C'est ce qu'on préconise, que les parents solos fassent partie des personnes vulnérables de la même manière que les personnes isolées et puissent recevoir de l'aide à domicile parce qu'à un moment, ça va craquer quand on est tout seul avec trois petits 24 heures sur 24. Sinon qu'ils soient repérés dans les dispositifs d'aide, pour qu'on leur fasse leurs courses. C'est évident que c'est un public particulièrement vulnérable.

Et vous avez d'autant plus peur que le confinement risque de durer encore ?

Oui, ça ne fait qu'aggraver la situation et donc il faut le rectifier. Et puis, on s'est rendu compte que, encore une fois, les parents solos sont l'angle mort des politiques sociales. On les découvre maintenant. Par exemple, on a énormément de témoignages de parents solos qui vont faire leurs courses avec leurs enfants et qui ont eu des difficultés pour entrer dans les magasins, avec des réponses du genre : "c'est une solution de confort". Eh bien non, pour un solo qui a un gamin de six ans, c'est la seule façon qu'il a d'acheter à manger.