Cet article date de plus d'un an.

Vidéo Épidémie de coronavirus : "Il y a eu une sorte de mondialisation de la peur" et une "incroyable docilité", analyse BHL

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Le philosophe Bernard-Henri Lévy dénonce "les exagérations du pouvoir médical" et décrit sa "peur bleue" d'un monde où nos maîtres seraient "ces chiens labradors dressés à renifler les porteurs de Covid".

"Il y a eu une sorte de mondialisation de la peur (…) Une épidémie de terreur s'est abattue sur le monde, cela ne s'était jamais produit. Il y avait là quelque chose à la fois de déraisonnable et d'effrayant", analyse ce lundi sur France Inter le philosophe Bernard-Henri Lévy, à propos de l'épidémie de Covid-19.

"Ce qui m'a le plus troublé, ce n'est pas tellement qu'on respecte les règles, mais c'est cette incroyable docilité", poursuit l'auteur de Ce virus qui rend fou, publié chez Grasset. Bernard-Henri Lévy s'inquiète que "le pouvoir médical" ait "failli triompher".

Ces médecins qui passaient leur temps à nous faire la leçon à la télévision, moi à l'oreille, j'entendais l'abus d'autorité. La République, ce n'est pas le pouvoir des experts, c'est le pouvoir des politiques.

Le philosophe Bernard-Henri Levy

à France Inter

Interrogé sur la polémique autour de la chloroquine et du professeur Raoult, Bernard-Henri Lévy considère que "le spectacle qu'ont donné les médecins à cette occasion", "ce tintamarre, cette chamaillerie, cette pétarade (...) à la table du roi, c'était l'illustration du pire sur les exagérations du pouvoir médical". Quant à savoir s'il fallait donner ce traitement, "on verra, la science tâtonne", répond le philosophe, qui raconte que ce médicament a "sauvé la vie" du "vieux paludéen" qu'il est.

"On a vécu dans un monde parallèle"

"Sous l'effet de cette peur", "on a vécu toutes ces semaines dans un monde parallèle où il n'y avait plus que le Covid", poursuit Bernard Henri-Lévy, un monde où "la guerre en Syrie", "la faim dans le monde", "les réfugiés de Lesbos" n'existaient plus. Il dit craindre "la réduction du monde d'abord à soi". "Je redoute un monde barricadé, avec ses gels hydroalcooliques, avec ses chiens labradors dressés à renifler les porteurs de Covid (…) Ce monde de maîtres-chiens où nos maîtres seraient des chiens et nous traiteraient comme des chiens, je l'ai vu se profiler, et j'en ai une peur bleue", confie Bernard-Henri Lévy.

Il considère aussi que les humains ne sont pas faits pour "se connaître, pour commercer à distance comme des zombies à travers des écrans", et s'inquiète que des "mesures qui nous sont présentées comme des mesures sanitaires d'urgence et provisoires, deviennent comme souvent définitives".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.