En Haute-Savoie, un centre pour rééduquer des patients atteints de "Covid long"

Plusieurs mois après l’infection, de nombreux ex-malades souffrent encore des séquelles de l’infection au Covid-19. Des séquelles douloureuses pour certains qui sont pris en charge dans des centres de rééducation spécialisés. Un long et difficile travail de reconstruction.

Séquelles respiratoires, musculaires... Dans ce centre de rééducation de Vetraz-Monthoux en Haute-Savoie, kinés, pneumologues ou encore psychologues prennent en charge ces malades qui, plusieurs mois après l’infection, portent encore les séquelles de la maladie. Des malades qui, comme Alain, reviennent de loin. Lui a fait deux embolies, a été intubé à deux reprises et a passé un mois dans le coma. La maladie lui a fait perdre toute sensibilité dans la plante des pieds, il doit réapprendre à marcher. Mais ce passage dans le centre sonne pour lui comme une résurrection.

Huit semaines en moyenne

Les patients accueillis passent ici huit semaines en moyenne. Mais certains se remettent plus vite que d’autres. C’est le cas de Michelle, aide-soignante contaminée dans un Ehpad, qui au bout d’un mois a retrouvé ses capacités pulmonaires. De dix pénibles minutes de vélo à son arrivée, elle arrive désormais à pédaler près d’une demi-heure sans problème.

Insuffisance rénale, pulmonaire, cardiaque, problèmes neurologiques, les séquelles peuvent être multiples et la vie des "Covid long" un enfer. Alors pour les médecins, une prise en charge rapide est primordiale pour tenter d’estomper au maximum les conséquences de l’infection. "Il ne faut surtout pas traîner. C’est pour cela que nous essayons dans le mesure du possible de prendre en charge les patients très rapidement pour les réhabiliter et les remettre dans le chemin de la vie", précise le docteur Karim Berkani, pneumologue dans le centre. 

Un patient atteint du Covid-19 dans un service de rééducation à hôpital d\'Illkirch-Graffenstaden (Bas-Rhin), le 14 avril 2020. 
Un patient atteint du Covid-19 dans un service de rééducation à hôpital d'Illkirch-Graffenstaden (Bas-Rhin), le 14 avril 2020.  (PATRICK HERTZOG / AFP)