En direct du monde, France info

En Autriche, le gouvernement va tester massivement les employés de l'hôtellerie pour sauver la saison touristique

Il s’est fixé l'objectif ambitieux de tester 65 000 personnes par semaine dans ce secteur sinistré par la crise du coronavirus et affirme qu’il prendra en charge les coûts. Une mesure plutôt bien accueillie et qui rassure clients et employés. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Les employés portent des écrans faciaux pour se protéger contre le nouveau coronavirus à la réception de l\'hôtel Triest à Vienne, en Autriche, le 29 mai 2020.
Les employés portent des écrans faciaux pour se protéger contre le nouveau coronavirus à la réception de l'hôtel Triest à Vienne, en Autriche, le 29 mai 2020. (JOE KLAMAR / AFP)

Après la crise du coronavirus, l'Autriche se donne les moyens pour sauver sa saison touristique. Le pays va tester massivement les personnes travaillant dans le secteur de l’hôtellerie. Ces tests ont déjà commencé dans certaines zones pilotes et vont être progressivement étendus à tout le pays. En effet, le gouvernement s’est fixé un objectif ambitieux : tester à partir de juillet, 65 000 personnes par semaine dans ce secteur. Il affirme qu’il prendra en charge les coûts. Et le but du gouvernement est clair, rassurer les touristes autrichiens et internationaux pour mieux les attirer.  

Car des craintes persistent encore du côté des employés, tous les jours au contact des voyageurs. C’est le cas de Jan, sous-chef au Kirchenwirt, un hôtel-restaurant de la vallée viticole de la Wachau, l’une des zones pilotes. Depuis fin mai, Jan se fait tester chaque semaine. "C'est vraiment bien organisé, estime le sous-chef, ça ne nous prend pas trop de temps, ça va très vite et on peut ensuite se remettre au travail."

Quand on sait qu'on est négatif et en bonne santé, ça enlève un stress et on peut travailler sans s'inquiéter, c'est important pour moi.

Jan, sous-chef d'un hôtel-restaurant dans la vallée de La Wachau

à franceinfo


 
Cela tranquillise aussi les clients comme Petra. "Je suis de nature prudente et je trouve cela rassurant que de telles précautions soient prises, raconte cette Allemande de passage en Autriche. Autrement, j’aurais peur d’être infectée et les vacances ne seraient pas aussi reposantes." Une mesure qui rassure d’autant plus que le port du masque n’est plus obligatoire dans les hôtels depuis le 15 juin dernier.

Des tests nécessaires pour ce secteur très touché

Cette politique de tests est plutôt bien accueillie par le secteur. En effet, tout comme la restauration, l'hôtellerie souffre en particulier dans les villes et ce malgré un déconfinement déjà très avancé dans le pays. Un constat que tire Christian Wildeis, le propriétaire du Kirchenwirt. Aujourd'hui, ses clients sont en majorité des Autrichiens et restent moins longtemps que ceux qu’il a habituellement à cette période de l’année."Nous avons dû fermer deux mois pendant la haute saison, ça a été incroyablement difficile", explique le propriétaire de l'hôtel-restaurant. "Ces tests sont donc importants pour nous, reprend-il, pour attirer les clients qui réservent car ils savent qu’ils viennent dans un pays sûr, où ils pourront se détendre en vacances sans s’inquiéter. Nous sommes confiants pour l’avenir et pensons que nous pourrons retrouver une situation similaire à celle d’avant crise." La reprise du tourisme est en effet vitale en Autriche, où il représente 8% du PIB, 15% si l’on ajoute le secteur des loisirs.

Les employés portent des écrans faciaux pour se protéger contre le nouveau coronavirus à la réception de l\'hôtel Triest à Vienne, en Autriche, le 29 mai 2020.
Les employés portent des écrans faciaux pour se protéger contre le nouveau coronavirus à la réception de l'hôtel Triest à Vienne, en Autriche, le 29 mai 2020. (JOE KLAMAR / AFP)