"Elle se préoccupe énormément de sa coiffure, de savoir quand elle pourra avoir une mise en plis", raconte la petite fille d'une centenaire guérie du Covid-19

Sur twitter, une internaute a partagé la nouvelle de la guérison de sa grand-mère, centenaire, atteinte du coronavirus. Elle relate aussi la difiiculté de ne pas pouvoir lui rendre visite. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
La grand-mère de Sandrine Engels, centenaire, va mieux après avoir contracté le Covid-19. (CAPTURE ECRAN / TWITTER SANDRINE ENGELS)

C'est sur le réseau social Twitter que Sandrine Engels a diffusé la bonne nouvelle : "Ma grand-mère, dans sa 101e année est manifestement guérie et en forme". Une phrase accompagnée d'une photo de Marguerite, 100 ans, souriante, et donc guérie du coronavirus. Sur franceinfo vendredi 10 avril, Sandrine Engels raconte comment elle et sa grand-mère ont vécu cette période.

franceinfo : Comment va votre grand-mère Marguerite ?

Sandrine Engels : Elle a l'air d'aller plutôt bien, elle se préoccupe énormément de sa coiffure, de savoir quand elle pourra avoir une mise en plis et une couleur donc c'est bon signe. Elle est en Ehpad dans le Val-de-Marne et comme dans beaucoup de cas, il y a beaucoup de cas de Covid-19 dans le sien. Beaucoup de mauvaises nouvelles mais pas pour elle. Elle a déclaré la maladie entre le 20 et le 21 mars. Elle s'est plainte de fièvre, également de diarrhées. Elle a été mise à l'isolement et comme dans beaucoup de maisons de retraite, elle a été testée et on a appris le 2 avril que son test était positif. Pendant ce temps, elle est restée à la maison de retraite donc c'est très difficile pour nous, sa famille, on ne savait pas quoi faire, quelle était la bonne décision. Elle était seule dans sa chambre en isolement. Elle n'a pas été hospitalisée parce qu'elle n'a pas eu suffisamment de symptômes graves pour que ce soit nécessaire de le faire.

Depuis le début de l'épidémie, les Ehpad fonctionnent en vase clos. Vous n'avez pas le droit d'aller lui rendre visite. Comment le vit-elle et comment, vous, vous le vivez?

C'est très difficile. Les résidents ont été mis à l'isolement une bonne semaine avant que nous-mêmes soyons contraints au confinement. Donc la décision prise par les maisons de retraite a été souvent assez inattendue et brutale. On n'a pas vraiment eu la possibilité de s'y préparer, de faire une visite à la faveur de laquelle on pouvait lui expliquer ce qui allait se passer. La première action a été bien évidemment un petit peu de colère, je l'avoue, même si, d'un point de vue purement rationnel, je comprends et je valide totalement ces mesures de confinement pour préserver les plus fragiles d'entre nous. Mais quand on est un proche, on a tout simplement envie d'être là.

Vous savez aujourd'hui qu'elle va mieux. Vous avez de ses nouvelles grâce au personnel soignant de la maison.

Alors déjà, on l'appelle. Elle répond au téléphone. Donc, effectivement, elle a été déclarée positive le 2 avril. La première angoisse, c'est de se dire qu'en fait, elle n'était pas malade avant. Est-ce qu'elle va avoir des symptômes maintenant ? Donc, c'est des moments compliqués. Là, elle est parfaitement normale. Elle n'a pas de fièvre. Elle se porte plutôt bien. Elle a eu aujourd'hui un test sanguin à la faveur duquel on saura si elle a développé des anticorps. J'imagine que c'est ce qui a fait que j'ai publié ce tweet de joie, ou tout simplement de soulagement. Huit jours après le test, on peut considérer que, n'ayant pas développé plus de symptômes aujourd'hui, elle est guérie. Mais elle est inquiète pour nous parce qu'elle considère que "on est dehors". Donc, je pense qu'elle se sent un petit peu dans une bulle, et qu'elle s'inquiète surtout pour nous parce qu'elle se sent protégée.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.