Covid-19 : les débats à l'Assemblée nationale sur le pass vaccinal de nouveau suspendus après les propos d'Emmanuel Macron sur les non-vaccinés

Les discussions, déjà interrompus la nuit précédente, devaient se poursuivre mardi soir. 

Débats sur le pass vaccinal à l\'Assemblée nationale, le 3 janvier 2022.
Débats sur le pass vaccinal à l'Assemblée nationale, le 3 janvier 2022. (OLIVIER CORSAN / MAXPPP)
Ce qu'il faut savoir

Les débats à l'Assemblée nationale sur le pass vaccinal sont décidément houleux. Alors qu'ils venaient de reprendre dans la soirée du mardi 4 janvier, ils ont de nouveau été suspendus. En cause, les propos d'Emmanuel Macron. "Les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder. Et donc on va continuer de le faire, jusqu’au bout", déclare le président dans une interview accordée au Parisien"Un Président ne devrait pas dire ça", a notamment déclaré dans l'Hémicycle le député Pascal Brindeau. "C'est la raison pour laquelle nous allons demander la suspension des débats à minuit", a-t-il ajouté, évoquant des propos "qui ne permettent pas de continuer de siéger".

 La facture des tests de dépistage plus salée que prévu. Le gouvernement table sur une facture des tests de dépistage du Covid-19 à 6 milliards d'euros pour 2021, a affirmé le ministre du Budget Olivier Dussopt mardi 4 janvier. Un chiffre en hausse en raison d'un recours massif aux dépistages en décembre. Trente millions de dépistages ont été réalisés sur le seul mois de décembre, soit un septième du total des tests depuis le début de la pandémie, a précisé le ministre sur BFM Business. Olivier Dussopt s'est en revanche refusé à confirmer ou infirmer le coût de la facture des tests en décembre pour la sécurité sociale, le journal Les Echos ayant avancé mardi le chiffre de 1 milliard d'euros. 

Emmanuel Macron a "très envie d'emmerder les non-vaccinés". Cette parole présidentielle provoque un tollé, en plein débat sur le projet de loi transformant le pass sanitaire en pass vaccinal. "Les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder. Et donc on va continuer de le faire, jusqu’au bout", déclare Emmanuel Macron dans une interview accordée au Parisien et à ses lectrices et lecteurs, publiée mardi 4 janvier. "C'est ça, la stratégie. Je ne vais pas les mettre en prison, je ne vais pas les vacciner de force. Et donc, il faut leur dire : à partir du 15 janvier, vous ne pourrez plus aller au restau, vous ne pourrez plus prendre un canon, vous ne pourrez plus aller boire un café, vous ne pourrez plus aller au théâtre, vous ne pourrez plus aller au ciné…", poursuit le chef de l'Etat. 

 Le pass sanitaire restera valable pour les activités "périscolaires et extrascolaires" des 12-16 ans. Après la suspension surprise à minuit, dans la nuit du lundi 3 au mardi 4 janvier, de l'examen du projet de loi transformant le pass sanitaire en pass vaccinal, les députés poursuivent les débats mardi soir. Ils examinent notamment le 1er article, qui prévoit cette mesure phare du texte. Un amendement socialiste, amendé par le gouvernement et prévoyant que le pass sanitaire (et donc la possibilité d'effectuer un test) soit maintenu pour les moins de 16 ans dans le cadre des activités "périscolaires et extrascolaires", a été largement adopté

Un nouveau record du nombre de contaminations. Le Covid-19 bat un nouveau record pour commencer 2022 : pas moins de 271 686 personnes ont été testées positives en France ces dernières 24 heures, selon le bilan de Santé publique France communiqué mardi.  Le précédent record de contaminations dataient du 31 décembre, avec 232 000 nouvelles contaminations en 24 heures

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #COVID_19

07h45 : Fabien Roussel, député PCF du Nord, demande au Premier ministre de venir devant les députés pour "s'expliquer sur le véritable ordre du jour et les intentions du gouvernement", après les propos d'Emmanuel Macron. "Nous voulons savoir si nous sommes ici pour amender un texte de loi pour emmerder les Français !" #MACRON

07h44 : Les débats ont repris à l'Assemblée sur le projet de loi renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire. "Les paroles du président de la République déshonorent sa fonction", entame Nicolas Dupont-Aignan, député non inscrit de l'Essonne.

07h45 : "Il y a une polémique stérile qui est en train de monter, c'est une référence à la formule de Pompidou 'il faut arrêter d'emmerder les Français'", a assuré sur franceinfo Christophe Castaner, président du groupe LREM à l'Assemblée nationale, après la déclaration d'Emmanuel Macron. "La phrase ne choquait personne dans la bouche de Pompidou."

07h37 : "Il n'y a aucune excuse, aucune excuse pour que quelqu'un ne soit pas vacciné (...) Cela continue d’être une pandémie de non-vaccinés."


Lors d'une réunion sur le Covid-19, le président américain a une nouvelle fois encouragé les Américains à se faire vacciner.

07h35 : L'ex-triple champion du monde de cyclisme, le Slovaque Peter Sagan, a annoncé avoir été testé positif au Covid-19, tout comme son frère Juraj. Peter Sagan, septuple maillot vert du Tour de France entre 2012 et 2019, a déjà été touché par le coronavirus au début de la saison dernière.

23h12 : Bonsoir @Madette, les discussions devraient reprendre après les débats sur l'application de la loi contre les violences familiales. Vous pouvez les suivre dans notre direct, s'ils reprennent d'ici minuit.

07h35 : Bonsoir, comment peut-on suivre, comme hier, les débats à l'Assemblée nationale sur le pass vaccinal ? Merci pour une réponse.

23h09 : L'Argentine connaît une hausse spectaculaire du nombre de personnes positives au Covid-19, avec 81 000 nouveaux cas recensés ce mardi, près du double de la veille. Le nombre de nouveaux cas quotidiens a été multiplié par 16 en un peu plus de deux semaines.

07h44 : Sur Twitter, la maire de Paris et candidate à la présidentielle Anne Hidalgo écrit simplement "Réunir la France".

07h43 : "Aucune urgence sanitaire ne justifie de tels mots. Emmanuel Macron dit avoir appris à aimer les Français, il aime surtout les mépriser. On peut encourager à la vaccination sans insulter personne ni pousser à la radicalisation", réagit Bruno Retailleau, sénateur LR, à propos des déclarations d'Emmanuel Macron sur les non-vaccinés.

07h43 : Florian Philippot, le président des Patriotes, réagit, lui, avec ces mots : "Ce type qui se dit président de la République est un petit personnage indigne, il finira dans les poubelles de l’Histoire !"

07h43 : Pour Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, Emmanuel Macron "déclare la guerre à des millions de Français pour masquer le fiasco de sa politique sanitaire ! Sa stratégie du bouc émissaire déshonore sa fonction. Vivement son remplacement le 24 avril."

07h43 : Les élus et représentants politiques continuent de réagir aux propos d'Emmanuel Macron sur les non-vaccinés. Delphine Batho, porte-parole de Yannick Jadot, déclare qu'"un président ne devrait pas dire ça. En pleine pandémie il faut convaincre pour la vaccination et rassembler, et non diviser par des provocations contre-productives."

07h31 : En Chine, la ville de Yuzhou, dans la province du Henan, a décidé à son tour d'imposer un confinement à sa population de 1,1 million d'habitants, après l'apparition de nouveaux cas de contamination, rapporte la BBC (en anglais). Les transports et magasins, sauf essentiels, ont fermé.

22h37 : "Là, on a effectivement un tsunami de contaminations qui, heureusement, ne se traduit pas complètement par des hospitalisations", a expliqué sur franceinfo François Braun, président de Samu-Urgences de France. Le variant Omicron fait grimper en flèche le nombre de contaminations, avec près de 300 000 cas en 24 heures.

07h43 : Enfin Macron dit ce que la majorité pense tout bas sur ceux qui refusent de se vacciner. Hôpitaux débordés par ces "anti"

07h43 : Cessons les fausses pudeurs. Le président exprime exactement ce que pensent et ne cessent de dire la plupart des 90% des Français multi vaccinés. Il est insupportable que le comportement de ce qui est une infime minorité mettent en danger tout le système de santé en rendant difficile, voire impossible, leur accès aux soins. La déprogrammation des prises en charge médicales, c'est quand même un sacré emmerdement pour ceux qui le subissent... et n'ont pas le choix... Victor

07h43 : Oui, la forme est critiquable et choquante mais le fond est juste...

07h42 : Certains d'entre vous estiment qu'Emmanuel Macron "dit tout haut" ce que les vaccinés "pensent tout bas", et regrettent la forme mais pas le fond.

07h42 : Sur Twitter, d'autres responsables et élus politiques réagissent aux propos d'Emmanuel Macron. "Propos indigne et irresponsables" pour le candidat PCF Fabien Roussel. "Consternant" pour Jean-Luc Mélenchon, candidat LFI. "Un président ne devrait pas dire ça", rétorque Marine Le Pen, candidate RN.

07h42 : "Dans un contexte où les députés de la majorité, et d'autres, recevons des menaces de mort, que le président de la République – qui devrait apaiser la nation – tienne ce type de propos et jette de l'huile sur le feu est une provocation indigne", a déclaré le député du Val-d'Oise Aurélien Taché sur BFMTV, à propos des déclarations d'Emmanuel Macron sur les non-vaccinés.

07h41 : "Ce soir, Emmanuel Macron n'est plus le président de tous les Français. Quelqu'un qui veut emmerder certains de ses concitoyens n'est pas digne de la fonction présidentielle", déclare auprès de France Télévisions Geoffroy Didier, directeur de la communication de Valérie Pécresse.

07h41 : Je suis vaccinée. Emmanuel Macron, vous n'êtes désormais plus mon président. Vous êtes indigne de cette fonction.

07h41 : Bonjour Si le président a vraiment dit qu'il veut "emmerder" les non-vaccinés, il n'est plus à la hauteur. Je suis vacciné mais on ne parle pas comme cela des Français non vaccinés. Nous sommes en démocratie et jusqu'à nouvel ordre ils ont le droit. C'est trop facile de dire que c'est à cause d'une partie de la population qu'on ne s en sort pas. Bonne soirée

07h41 : Bonsoir Un triple vacciné qui vous parle ! Quelle honte pour un président de la République de s'exprimer de cette manière sur les personnes qui refusent la vaccination ! Nous devons respecter leur choix. J'espère qu'il va s'excuser ! Il a perdu ma voix ce soir

07h41 : Dans les commentaires, plusieurs d'entre vous déplorent les propos d'Emmanuel Macron, qui a déclaré "avoir très envie d'emmerder" les non-vaccinés dans une interview au Parisien.

21h50 : La Fédération internationale de ski a annoncé l'annulation de la manche de Coupe du monde de ski de fond prévue dans la station des Rousses (Jura) du 14 au 16 janvier. L'instance a pris cette décision à cause de la recrudescence de l'épidémie de Covid-19.

Les fondeurs lors de la mass start de Val di Fiemme comptant pour le Tour de Ski le 3 janvier 2022. (ALEXEY FILIPPOV / SPUTNIK)


(ALEXEY FILIPPOV / SPUTNIK / AFP)

21h30 : La Défenseure des droits Claire Hédon a exprimé ses "inquiétudes" liées au projet de loi instaurant un pass vaccinal. "Les mesures exceptionnelles" appelées par la pandémie doivent se conformer au principe de légalité et pour cela s'avérer strictement "nécessaires, proportionnées et adaptées aux risques sanitaires encourus", estime-t-elle.



(Ludovic MARIN / AFP)

07h40 : "C'est une toute petite minorité qui est réfractaire. Celle-là, comment on la réduit ? On la réduit, pardon de le dire, comme ça, en l’emmerdant encore davantage. Moi, je ne suis pas pour emmerder les Français. Je peste toute la journée contre l’administration quand elle les bloque. Eh bien là, les non-vaccinés, j'ai très envie de les emmerder."

Le président est également revenu dans les colonnes du Parisien sur les personnes non vaccinées.

20h46 : Seriez-vous prêt à prendre un billet d'avion pour nulle part ? Au Japon, des nostalgiques de la vie d'avant la pandémie sont prêts à débourser plusieurs centaines d'euros pour embarquer dans un avion qui ne décolle jamais.

20h26 : "Actuellement, Omicron est mortel, il peut causer la mort (...). Peut-être un peu moins que Delta, mais qui peut dire ce que le prochain variant pourrait générer ?"

La multiplication des cas d'Omicron dans le monde pourrait accroître le risque d'apparition d'un nouveau variant plus dangereux du Covid-19, avertit l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

20h17 : La séance est suspendue à l'Assemblée pour la pause dîner. Elle devrait reprendre à 21h30 par un débat sur les violences au sein de la famille, puis à nouveau par une discussion sur le projet de loi renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire.

20h13 : Au total, 271 686 nouveaux cas ont été remontés sur les dernières 24 heures. Soit 180 464 cas par jour en moyenne sur les sept derniers jours. Il y a eu 2 881 nouvelles hospitalisations en 24 heures. Soit 1 799 nouvelles hospitalisations par jour en moyenne sur les 7 derniers jours.



20h11 : L'amendement qui maintient le pass sanitaire plutôt que le pass vaccinal pour les moins de 16 ans dans le cadre des activités périscolaires et extrascolaires, amendé par le gouvernement, a été très largement adopté, avec 386 voix pour et 2 contre.

20h05 : On fait le point sur l'actualité :

Le nombre de contaminations en France continue à s'envoler, avec 271 686 nouveaux cas en 24 heures. Au total, 3 665 patients sont actuellement en réanimation ou en soins intensifs.

Les échanges ont repris, lentement mais sûrement, dans l'Hémicycle de l'Assemblée sur le texte instaurant le pass vaccinal, après les critiques du gouvernement sur "l'irresponsabilité" des oppositions. Vous pouvez suivre les débats dans notre direct.

• Le Parquet national antiterroriste a annoncé avoir ouvert une enquête pour "tentative d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste" après l'explosion d'un véhicule d'assistance du rallye survenue le 30 décembre à Djeddah, en Arabie saoudite, quelques jours avant le départ du Dakar 2022. Les investigations ont été confiées à la Direction de la sécurité intérieure (DGSI).

Après le meurtre de Chahinez Daoud à Mérignac en mai 2021, un conseil de discipline a proposé, cet après-midi, un avertissement pour le responsable de la police de Gironde. Cette sanction doit désormais être approuvée par la direction de la police.

19h57 : Le ministre de la Santé, Oliver Véran, avait annoncé lors des questions au gouvernement que près de 300 000 nouveaux cas avaient été enregistrés dans le pays. Le précédent record de contaminations datait du 31 décembre, avec 232 000 nouvelles contaminations en 24 heures.

19h56 : Le nombre de contaminations en France continue à s'envoler, avec 271 686 nouveaux cas en 24 heures.

19h50 : Les règles d'isolement dans les entreprises évoluent, face à la situation épidémique due au Covid-19. Elles diffèrent selon le statut vaccinal du salarié, s'il est positif au virus ou cas contact. Tous les détails dans notre article.

Salariés en entreprise (illustration), le 8 décembre 2021.  (VINCENT ISORE / MAXPPP)

(MAXPP)

20h07 : "À partir du moment où vous exigez un pass vaccinal pour des enfants pour qui les parents décident, vous portez atteinte aux droits de l'enfant, dénonce le député de La France insoumise Eric Coquerel. Ça ne dépendra pas du choix de l'enfant, mais du choix des parents." Les députés débattent toujours de l'instauration du pass vaccinal pour les mineurs de 12 à 16 ans pour les sorties culturelles et sportives. La majorité d'entre eux y est opposée.

19h30 : "Pour moi, un enfant à l'hôpital c'est déjà beaucoup, 60 enfants en réanimation pour une maladie infectieuse, c'est déjà énorme. La dynamique épidémique, même si elle est moins impressionnante dans les chiffres que s'agissant des adultes, elle poursuit son augmentation. Les risques pour un enfant de présenter une forme grave sont très faibles, mais il y en a."

19h31 : "Depuis le début de la pandémie, 13 enfants âgés de 0 à 9 ans sont décédés, 15 enfants âgés de 10 à 18 ans, c'est-à-dire 28 décès au total, dont 3 sont formellement imputables au Covid, 25 sont liés avec un lien potentiel mais qui n'est pas avéré. Aujourd'hui, il y a 64 enfants hospitalisés pour un Covid grave en réanimation pédiatrique."

19h18 : Yaël Braun-Pivet, présidente de la commission des Lois, demande une suspension de séance. Elle doit reprendre dans une dizaine de minutes.

18h54 : "Je souhaiterais que vous puissiez nous donner le nombre d'enfants de 12 à 17 ans hospitalisés pour le Covid, je suis sûre que vous avez ces éléments", poursuit Marine Le Pen, députée du Pas-de-Calais. Les parlementaires continuent de s'opposer à la mise en place d'un pass vaccinal pour les mineurs de 12 à 17 ans pour l'accès aux activités culturelles et sportives.