Demande d'argent, sites pirates, générateurs... Les arnaques à l'attestation de déplacement pendant l'épidémie de coronavirus se multiplient

Les autorités mettent en garde contre les arnaques et les sites malveillants autour de l’attestation de déplacement mise en place concernant le confinement pour lutter contre le coronavirus.

Article rédigé par
Paul Gratian - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un automobiliste présente son attestation à la police municipale, le 17 mars 2020, à Tours (Indre-et-Loire). (GUILLAUME SOUVANT / AFP)

Depuis mardi 17 mars, les déplacements doivent être réduits au strict minimum suite au confinement mis en place pour lutter contre le coronavirus. Toutefois, les Français peuvent sortir de chez eux à condition de remplir une attestation de déplacement dérogatoire valable pour certains cas uniquement. Sans ce papier, il en coûtera une amende allant de 135 à 375 euros. Un document que certains se sont empressés de pirater à des fins malveillantes. La Cellule du Vrai du faux vous explique comment vous prémunir de ces arnaques.

>>> Posez vos questions sur notre direct

Ne rien payer !

Pas question de payer pour remplir l’attestation de déplacement. Elle est gratuite et peut être remplie sur simple impression. Dans un post Facebook, la gendarmerie des Yvelines met en garde contre une escroquerie. "Cette attestation est GRATUITE et téléchargeable! N'en achetez pas à 100€ sur un site de vente", précise la compagnie de gendarmerie. Toujours selon ce post, des escrocs sont déjà en cours d'identification par les cyber-gendarmes.

À Béziers, des personnes ont même profité de la situation pour vendre ces attestations gratuites 5 euros pièce. Or il s’agit d’une escroquerie et ces malfaiteurs ont été interpellés par la police, comme le rapporte le journal local Midi Libre.

Ne pas utiliser de générateur

Certains sites proposent de générer automatiquement en ligne l’attestation. Il suffit de remplir ses informations personnelles, comme son adresse, sa date de naissance ou encore sa signature. Le risque est que ces sites, parfois hébergés à l’étranger, mettent à disposition les données enregistrées à des pirates informatiques. D’autant plus que les informations peuvent être sensibles. Ces sites peuvent également rediriger vers des pages ou des logiciels malveillants. La Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) a posté un tweet, mercredi 18 mars, pour appeler à la méfiance. Elle conseille d'imprimer l'attestation ou de la recopier.

Plutôt que de risquer d’exposer ses données, il vaut donc mieux éviter de télécharger le document directement depuis une source inconnue. Le site du ministère de l’Intérieur met à disposition le document officiel.

Imprimer le document officiel ou faire une attestation manuscrite

Afin de pouvoir sortir de son domicile, il suffit donc de télécharger le document officiel. Pour les personnes n’ayant pas d’imprimante, l'attestation "pourra également être réalisée sur papier libre", a précisé Christophe Castaner, mardi midi. 

En ce qui concerne une version présentée sur un téléphone portable, elle était dans un premier temps valable en version numérisée. Mais, la doctrine du ministère de l’Intérieur a évolué. Il n’est désormais plus possible de la présenter sur smartphone depuis mercredi matin. "On veut conserver le papier pour éviter les arnaques qu'il peut y avoir en ligne", a indiqué Olivier Di Lullo, porte-parole de la police nationale, à franceinfo.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.