Transports publics : les caisses sont vides

Les transports publics de la RATP et de la SNCF sont très affectés économiquement. Les deux entreprises auraient déjà perdu 2,6 milliards d’euros à cause du confinement et des restrictions de circulation les semaines qui ont suivi. 

Va-t-il y avoir moins de métros, de trains et de bus en France ? Les tarifs peuvent-ils augmenter ? Frappées par la crise du Covid-19, les finances des transports publics d'Île-de-France sont dans le rouge. Mercredi 8 juillet dans la matinée, la région a suspendu sa contribution financière à la SNCF et la RATP. Entre la baisse de ventes de billets et le non-versement des taxes par les entreprises à l’arrêt, l’autorité de régulation des transports affiche une perte de 2,6 milliards d’euros.

Il faudrait augmenter l’abonnement mensuel de 20 euros

Pour compenser, l’État ne lui versera que 425 millions d’euros. Une somme insuffisante selon Valérie Pécresse, la présidente de la région. Pour combler le manque à gagner, il faudrait augmenter l’abonnement mensuel de 20 euros. “Il est hors de question pour nous que les voyageurs paient la facture de la crise Covid, alors que dans tous les autres pays, ce sont les États qui ont compensé les pertes”, déclare Valérie Pécresse. 

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'Ile-de-France concentre à elle seule un peu plus de 2,5 milliards de pertes.
L'Ile-de-France concentre à elle seule un peu plus de 2,5 milliards de pertes. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)