Privée de ski, cette station des Alpes adapte son activité pour accueillir les touristes

Si elles ne pourront rouvrir avant janvier, certaines stations de ski veulent tout faire pour accueillir les vacanciers. Montlcar, dans les Alpes-de-Haute-Provence mise sur la diversification des activités pour sauver la saison.

Les stations de ski tentent de prendre de l’altitude. Si les remontées mécaniques resteront fermées à Noël, l’état-major de la petite station de Montclar dans les Alpes-de-Haute-Provence veut y croire quand même.

Pour éviter le crash économique, les responsables vont proposer des activités parallèles pour attirer les touristes et les visiteurs. "Notamment des pistes de luge, le jardin des neiges qui serait éventuellement ouvert, la patinoire qui est en contre-bas", liste Alain Quievre, président de Montclar Domaine Skiable.

L’idée, faire en sorte que la station soit viable et puisse vivre une saison hivernale presque normale, même sans le ski et l’importance que représentent les pistes dans l’économie locale.

Les remontées représentent 350 emplois

"Je pense tout de suite à nos salariés et l’emploi généré par les remontées mécaniques. Ce sont 350 emplois directs et indirects, 10 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel. Il va y avoir un vrai crash économique. Mais nous montagnards, on va s’adapter et on ne mourra pas deux fois".

Plutôt que de sortir les paires de ski, les loueurs ont mis des pneus neiges aux VTT d’été et les guides travailleront quand même en raquette. Le tout, avec pas mal d’idées en tête.

"La création d’un igloo, l’observation et le moulage d’empreintes, une petite balade à la rencontre des ânes", détaille Stéphane Meuriot, accompagnateur en montagne. Montclar garde l’espoir. La moitié des vacanciers qui viennent ici habituellement ne sont pas skieurs.

Dans cette station, les remontées mécaniques représentent 10 millions d\'euros de chiffre d\'affaires chaque année.
Dans cette station, les remontées mécaniques représentent 10 millions d'euros de chiffre d'affaires chaque année. (FRANCE 3)