"On est heureux de profiter du grand air" : avec la fin des restrictions de déplacement, Trouville en Normandie fait le plein

Soleil, plateaux de fruits de mer et plage... De nombreux Franciliens ont profité de ce premier week-end de déconfinement, qui marque la fin des restrictions de déplacements au délà des 10 kilomètres, pour se rendre en Normandie. 

Article rédigé par
Farida Nouar - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La casino de Trouville.  (NOLWENN LE JEUNE / FRANCE-BLEU BASSE-NORMANDIE)

Face à la plage de Trouville en Normandie, "on savoure la vue et on profite du soleil", dit avec sourire Aurélie, une Parisienne qui "n'avait pas quitté Paris depuis un an avec les confinements". Comme de nombreux Français, elle profite de ce premier week-end sans limitation de déplacements. "On est très heureux de profiter du grand air." 

Soleil et plateaux de fruits de mer

Dans les rue de la station balnéaire normande, Melina, sa soeur et son frère ont loué une rosalie. Un quadricycle loué qu'ils ont enfourché, lunettes de soleil sur le nez. "On est venu décompresser après les 10 kilomètres de confinement, on rigole bien !". Depuis un an, "je ne vois que mon appartement et ma rue, alors oui, ça fait du bien". 

Au marché au poisson de Trouville, "on n'arrête pas de faire des plateaux de fruits de mer, explique Loïc, le poissonnier. On en a fait une bonne cinquantaine. Il y a beaucoup de Parisiens mais aussi notre clientèle qui est là toute l'année", dit-il, satisfait. 

"Ca y est, c'est reparti, ça fait du bien pour les caisses et ça va continuer".

Loïc

à franceinfo

Justement, Franz sort du poissonnier avec son plateau. Avec son épouse, ils se sont installés sur la plage, une bouteille de vin sur la table pliante. "Je suis ravi d'être là", dit cet homme. "Quand on a pris la route ce matin, on s'est dit 'ça y est, vive la liberté', espérons que ca dure", rajoute sa femme. Pour l’instant, la liberté c’est jusqu’à 19 heures, le couvre-feu est toujours en vigueur. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.