Nouvelle jauge pour les églises : "Une mesure applicable même si elle est très contraignante", se félicite la Conférence des évêques de France

La nouvelle jauge correspond à "un sixième des places disponibles", précise le porte-parole de la Conférence des évêques de France qui ajoute espérer que pour la messe de Noël, elle soit encore augmentée.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des agents de sécurité s'assurent que seulement 30 personnes pénètrent dans une église parisienne à l'heure de la messe, le 28 novembre 2020. (PHILIPPE LAVIEILLE / MAXPPP)

Le ministère de l'Intérieur a annoncé par communiqué la proposition d'une nouvelle jauge à la suite des discussions avec les religions sur la question de l'occupation des lieux de culte dans cette phase de déconfinement au moins jusqu'au 15 décembre. Elle prévoit, pour l'organisation des cérémonies, de laisser libres deux sièges entre chaque personne ou entité familiale et de n'occuper qu'une rangée sur deux. "Nous sommes satisfaits que le gouvernement soit revenu à une mesure qui soit applicable, même si elle est très contraignante", a expliqué jeudi 3 décembre sur franceinfo Vincent Neymon, porte-parole de la Conférence des évêques de France.

franceinfo : Êtes-vous satisfait de cette nouvelle jauge ?

Vincent Neymon : Nous sommes satisfaits que le gouvernement soit revenu à une mesure qui soit applicable, même si elle est très contraignante. Nous sommes maintenant à une jauge qui correspond maintenant à un sixième des places disponibles. Jusqu'au 15 décembre on va tâcher de se conformer le mieux possible à cette jauge. On est à 20% des places disponibles si on compte que les unités familiales peuvent rester groupées.

Cela a-t-il été difficile d'arriver à ce consensus ?

Il y a eu un dialogue de sourds jusqu'à la décision du Conseil d'État et nous devons reconnaître que depuis dimanche des consultations ont eu lieu et que les catholiques, comme les autres représentants de culte, ont eu le sentiment d'avoir été entendus. Cette mesure est applicable, réaliste, mais reste contraignante. Donc, on va dire que les choses vont mieux et que le dialogue a repris pour l'heure.

Pourquoi était-ce si important de changer les choses ?

Parce qu'il faut permettre aux pratiquants de pouvoir venir dans les églises, notamment le week-end. Nous sommes dans la préparation de Noël, c'est donc la période de l'avent qui a commencé le 29 novembre. Il était important que les catholiques puissent vivre cette période de préparation. Pour Noël nous espérons que nous aurons des conditions sanitaires qui permettront à plus de monde de se réunir. Pour beaucoup de nos compatriotes la messe de minuit est un rendez-vous important. Souhaitons que nous puissions y accueillir le maximum de monde dans le respect des conditions sanitaires.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.