"Délaissés par les pouvoirs publics", les producteurs de vins AOC du Sud-Est en appellent à Emmanuel Macron

Cette fédération, qui réunit 44 appellations viticoles de la Vallée du Rhône, de Provence et de Corse, demande une exonération des cotisations sociales patronales.

Article rédigé par
Avec France Bleu Drôme Ardèche - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une foire au vin de Saint-Peray en Ardèche, en août 2018. Photo d'illustration. (VICTOR VASSEUR / RADIO FRANCE)

La Fédération régionale des producteurs de vins AOC du Sud-Est a envoyé un courrier au président Emmanuel Macron pour demander la mise en place de mesures vitales pour aider la filière à traverser la crise économique liée à la crise sanitaire du coronavirus, rapporte dimanche 19 juillet France Bleu Drôme Ardèche. Selon la Confédération des AOC, "la viticulture française compte 500 000 emplois directs et indirects, non délocalisables".

Exonération des cotisations sociales patronales

Cette fédération, qui réunit 44 appellations viticoles de la Vallée du Rhône, de Provence et de Corse, demande une exonération des cotisations sociales patronales. Pour la filière, il ne faut "pas attendre 80% de pertes consécutives au confinement pour exonérer, mais abaisser ce seuil à 60% de pertes". Elle réclame un allègement de la fiscalité des stocks et une adaptation des cotisations sociales de l'exploitant, via "un calcul ajusté sur le résultat de l'année en cours et non sur les années précédentes".

Le président de la Fédération, Philippe Pellaton, s'estime "délaissé par les pouvoirs publics qui ne sont pas à la hauteur de la difficulté dans laquelle on est".

On attend que nous soyons morts pour commencer à nous perfuser, ce serait intéressant de commencer un petit peu avant et de nous administrer quelques remèdes.

Philippe Pellaton président de la Fédération

à France Bleu Drôme Ardèche

La filière fait face à de lourdes pertes financières à cause du confinement : "Tous les moments de fête, de communion, de baptême, de mariage ont été annulés et on constate pour la clairette de Die une baisse autour de 30% du marché depuis le début de l'année", selon Fabien Lombard, président du Syndicat de la clairette de Die, qui regroupe 300 vignerons et 1 700 hectares. Face à cela, la filière "demande que l'ensemble des vignerons puissent être aidés pour retrouver de la croissance et des parts de marché très rapidement."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.