Cet article date de plus d'un an.

Déconfinement : le musée des Beaux-Arts d'Agen s'adapte pour accueillir des visiteurs

Certains musées peuvent rouvrir à partir de lundi, ceux que le Premier ministre a appelé les "petits musées". Des lieux qui ont dû s’adapter pour accueillir de nouveau des visiteurs, comme le musée des Beaux-Arts d’Agen.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le musée des Beaux-Arts d'Agen, en mai 2005. (MAXPPP)

À partir de lundi 11 mai, premier jour du déconfinement progressif en France, l’accès au musée des Beaux-Arts d’Agen est très réglementé. Adrien Enfedaque en est le directeur : "Nous demandons aux visiteurs de se munir d'un masque pour pouvoir accéder au musée."

Du gel hydroalcoolique à l’entrée, pas de visite sans masque, ni de matériel d’aide à la visite. Car à Agen, avant le confinement, le musée proposait des tablettes aux visiteurs. Des tablettes aujourd'hui trop compliquées à désinfecter. Quant à la jauge, elle a bien évidemment été revue à la baisse. "Nous avons établi une jauge de 30 visiteurs par heure, précise Adrien Endedaque, et nous allons également faire attention à ce que les groupes de visiteurs n'excèdent pas 10 personnes dans chaque salle."

"Une ouverture symbolique pour les locaux", selon le directeur du musée

Il y aura donc 30 visiteurs par heure contre un maximum de 100 habituellement. Il est en effet impossible de mettre en place un sens de circulation dans ce musée, monument historique qui réunit quatre hôtels particuliers allant de la Renaissance au XVIIIe siècle. Cette jauge réduite ne devrait toutefois pas poser problème les premières semaines, explique le directeur du musée des Beaux-Arts d'Agen : "Nous ne nous attendons pas à un afflux massif de visiteurs ces prochaines semaines, c'est avant tout une ouverture symbolique destinée aux locaux qui ont besoin de se réapproprier leur lieu culturel."

Les visiteurs seront-ils au rendez-vous ? C’est la grande inconnue de cette réouverture des musées.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.