Déconfinement : "Il faut tester beaucoup plus", réclame un chef de service de l’hôpital de la Pitié-Salpetrière

L'épidémie de Covid-19 a fait plus de 28 000 morts en France. Faut-il craindre une deuxième vague ? Gilbert Deray, chef du service néphrologie à l’hôpital parisien de la Pitié-Salpetrière, répond aux interrogations des Français.

FRANCE 2

Au 7e jour de déconfinement, c'est la question que beaucoup de Français se posent. Quand saura-t-on si oui ou non l'épidémie reprend de manière inquiétante ? "Pour l'instant, les clusters résultent encore de l'épidémie antérieure (...). On aura la réponse dans les deux prochaines semaines car on aura le temps de latence suffisant pour voir si des signes cliniques apparaissent. La semaine prochaine va être un test important. Si on voit plus de contaminations, c'est mauvais signe", explique Gilbert Deray, chef du service néphrologie à l’hôpital parisien de la Pitié-Salpetrière, en duplex dans le journal de 20 Heures.

"Environ 40% des patients sont totalement asymptomatiques"

"La troisième semaine va être cruciale. On invite les gens à rester en déconfinement mais avec tous les gestes proposés", précise le professeur. La France doit-elle élargir sa politique de test ? "Il faudrait, car on sait qu'environ 40% des patients sont totalement asymptomatiques. Dans les foyers que l'on vient de citer, il y avait des personnes qui n'étaient pas confinées parce qu'elles travaillaient. Comme le virus est hautement contagieux, il faudrait songer à faire des tests de dépistage systématiques (...). Il faut tester beaucoup plus que l'on ne le fait, c'est la clé", précise Gilbert Deray.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une infirmière d\'un ehpad à Bergheim (Haut-Rhin), pratique un test sérologique, le 14 avril 2020. 
Une infirmière d'un ehpad à Bergheim (Haut-Rhin), pratique un test sérologique, le 14 avril 2020.  (SEBASTIEN BOZON / AFP)