Déconfinement et culture : "On est un des seuls secteurs où l'on ne sait rien", déplore Jean-Michel Ribes

Le directeur de théâtre alerte sur le fait qu'on"ne peut pas malheureusement rouvrir" un théâtre "comme on ouvre un magasin de vêtements"

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Jean-Michel Ribes, directeur du théâtre du Rond-Point à Paris, 10 mars 2014. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

La culture est "l'un des seuls secteurs où l'on ne sait rien, on ne nous dit rien", regrette mercredi 29 avril sur franceinfo Jean-Michel Ribes, directeur du théâtre du Rond-Point à Paris, au lendemain du plan de déconfinement présenté par le Premier ministre. Lui craint des fermetures "par non-communication", car la réouverture d'un théâtre ne peut se faire du jour au lendemain.

>> Coronavirus : suivez les dernières informations sur l'épidémie dans notre direct

"Pour les théâtres comme le mien, on programme deux ans à l'avance, explique Jean-Michel Ribes. On a des tournées qui sont enclenchées, des répétitions qui sont à venir, des spectacles qui doivent arriver. On ne peut pas malheureusement rouvrir comme on ouvre un magasin de vêtements ou un restaurant, tout d'un coup. On a des préparations en amont énormes."

Devant l'Assemblée nationale, Edouard Philippe a annoncé que "les grands musées (...), les cinémas, les théâtres et les salles de concert, où l'on reste à la même place dans un milieu fermé, ne pourront pas rouvrir".

On ne sait pas s'il faut annuler les choses ou en enlever la moitié.

Jean-Michel Ribes, directeur de théâtre

à franceinfo

"Si on nous dit 'allez-y' en septembre, on ne sera pas prêt" par manque de préparation, avertit-il. "C'est terriblement destructeur dans nos projets, dans l'idée même de continuer, parce qu'on ne sait pas, on n'a pas de visibilité".

Une réouverture difficile à imaginer car "tous les théâtres n'ont pas la même géographie", ajoute Jean-Michel Ribes, qui "n'imagine pas une salle avec tous les spectateurs masqués".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.