Cet article date de plus d'un an.

Déconfinement : Emmanuel Macron estime que la France est sur "la bonne voie" mais la perspective d'un reconfinement reste "possible"

Le président a réuni mercredi en visioconférence les préfets de régions et les directeurs des agences régionales de santé pour faire le point sur le début du déconfinement

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le président français, Emmanuel Macron, lors d'une vidéoconférence avec les préfets de régions notamment, le 13 mai 2020, à Paris.  (LUDOVIC MARIN / AFP)

Le ton est à la prudence. Emmanuel Macron, entouré de ses principaux ministres, a réuni mercredi 13 mai en visioconférence les préfets de régions et les directeurs des agences régionales de santé (ARS) pour faire le point sur le début du déconfinement. Il a estimé que "la voie suivie était la bonne" et que "les choses s'étaient globalement bien passées" pour la sortie du confinement lundi matin.

>> Coronavirus : déconfinement, masques, tests... Suivez l'évolution de l'épidémie dans notre direct

"La philosophie qu'on a adoptée depuis le début avec le Premier ministre est de corriger constamment le tir si besoin était, si des difficultés apparaissent. On continuera de le faire dans les jours et les semaines qui viennent, sur chacun de ces différents sujets extrêmement logistiques et concrets", a déclaré en introduction le chef de l'Etat. 

Trois échéances à venir

Il a souhaité faire "le point sur ce qui fonctionne, ce qui ne fonctionne pas et qu'on puisse adapter les choses", a-t-il poursuivi devant des journalistes, avant de céder la parole à Edouard Philippe. La suite de la réunion s'est poursuivie hors presse.

Emmanuel Macron a rappelé les trois échéances que s'est données l'exécutif pour les semaines à venir, selon des propos rapportés ensuite par la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye.

Un premier jalon aura lieu le 2 juin, date où, "en fonction de l'évolution de l'épidémie, le déconfinement pourra franchir une nouvelle étape après le week-end de la Pentecôte" qui "pourra être différenciée selon les territoires et les indicateurs sanitaires".

Puis la saison estivale, qui "pose des questions spécifiques en matière de déplacements sur le territoire national et à l'étranger" et qui devra "faire l'objet d'une nécessaire coordination européenne". Il a enfin évoqué la troisième échéance, "possible mais incertaine, d'un reconfinement, si la situation devait se dégrader".

"Trop tôt pour crier victoire"

Emmanuel Macron a invité le gouvernement à "s'armer dans cette perspective" et estimé qu'il est "trop tôt pour crier victoire" dans le processus de déconfinement.

Parmi les sujets à l'ordre du jour figuraient notamment l'efficacité du dispositif pour tester, suivre et isoler les patients contaminés, le déploiement des tests, les masques, la reprise de la vie économique et sociale (écoles, transports, entreprises, commerces, déplacements interrégionaux, accès au littoral...) et la situation en outre-mer.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.