Déconfinement à l'école : "Je pense qu'il sera difficile de continuer à faire classe" faute de temps, déclare une directrice d'école

Anabel Roy, directrice d'une école élémentaire en Haute-Vienne et secrétaire départementale du syndicat SE-Unsa 87, regrette de ne pas encore avoir toutes les directives de l'Éducation nationale une semaine avant la reprise des cours. 

Les classes vont être réorganisées pour accueillir les élèves à partir du 12 mai, comme ici à l\'école Jean Zay de Niort (Deux-Sèvres).
Les classes vont être réorganisées pour accueillir les élèves à partir du 12 mai, comme ici à l'école Jean Zay de Niort (Deux-Sèvres). (NOÉMIE GUILLOTIN / FRANCE-BLEU POITOU)

"Je pense qu'il sera difficile de continuer à faire classe" après le déconfinement car "tout ce temps va être employé à la 'formation' des enfants, à tous ces gestes barrières, à toute la distanciation", déclare la directrice d'une école élémentaire en Haute-Vienne et secrétaire départementale du syndicat SE-Unsa 87, Anabel Roy, ce lundi 4 mai sur franceinfo.

>> Coronavirus : suivez l'évolution de la crise sanitaire dans notre direct

Appelée à commenter les mesures préconisées par le ministère de l'Éducation nationale pour protéger les enfants et les enseignants contre l'épidémie de coronavirus, la directrice d'école estime que de nombreuses choses sont "problématiques" et assez "irréalisables". Elle regrette que le ministère n'ait d'ailleurs pas encore directement informé les enseignants, une semaine avant la reprise des cours.

Une organisation de l'école à revoir

Alors que le gouvernement demande que chaque enfant ait un périmètre de 4 mètres carrés, Anabel Roy "pense qu'il va falloir pousser un petit peu les murs parce que 4 mètres carrés par 15 enfants, puisque c'est le nombre maximal d'enfants qui est préconisé par le ministère, je vous laisse faire le calcul… Il faut quand même une grande salle de classe".

Son école compte 72 élèves, donc faire en sorte que des groupes de 15 enfants ne se croisent pas "ça engendre aussi beaucoup de questions d'organisation, notamment par rapport aux temps de récréation où les groupes vont sortir de façon décalée, les temps de restauration où il ne va pas falloir qu'ils se retrouvent, ni dans le même espace de réfectoire, ni dans le même espace de cour de récréation. C'est vrai que cela nécessite une grosse logistique", explique-t-elle.

Une distanciation difficile à faire respecter

Naturellement, les enfants jouent souvent ensemble : "C'est vrai que les enfants d'âge maternelle ou élémentaire sont pour la plupart dans des interactions, que ce soit des jeux de ballons, des jeux de loups."

Ne pas s'approcher de son camarade qu'on n'a pas vu depuis deux mois, ça paraît assez irréalisable.Anabel Royà franceinfo

Anabel Roy regrette aussi de ne pas savoir encore si son école sera réapprovisionnée en savon et en gel hydroalcoolique régulièrement, car cela dépend des collectivités locales. "Je n'ai qu'un seul point d'eau pour 40 enfants potentiellement accueillis à partir la semaine prochaine", ce qui nécessite encore plus d'organisation déplore l'enseignante.