"Covid long" : "Je suis bloqué chez moi dans un brouillard cérébral", témoigne un malade

Problèmes de concentration, d'élocution, de mémoire, tremblements, malaises... Matthieu Lestage a développé des problèmes neurologiques depuis sa contamination au coronavirus. Il regrette que ce soit aux patients de "pousser pour que les médecins avancent".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Photo du profil de Matthieu Lestage sur Copains d'avant. (CAPTURE D'ECRAN)

Matthieu Lestage, membre de l’association Après J20 qui accompagne les personnes atteintes de symptômes persistants du Covid-19, témoigne d'un quotidien qui ne ressemble "à pas grand-chose". "J'appelle cela ne plus vivre", explique-t-il jeudi 22 avril sur franceinfo alors qu'Emmanuel Macron se rend à l'hôpital Foch de Suresnes (Hauts-de-Seine) pour évoquer la prise en charge des patients qui souffrent de "Covid long".

>> Les dernières informations sur le Covid-19 dans notre direct.

franceinfo : À quoi ressemble votre quotidien ?

Matthieu Lestage : À pas grand-chose. Je suis bloqué chez moi. Le Covid-19 a développé chez moi des problèmes neurologiques qui se concrétisent par des problèmes de concentration, des problèmes d'élocution, ce que j'appelle un brouillard cérébral. Ce qui pose aussi des problèmes de coordination et de mémoire, ce qui m'empêche de conduire, d’être autonome. Il y a aussi des problèmes physiques, tremblements et malaises... J’avais une vie assez active avec différents métiers. J'étais aussi très sportif. Aujourd'hui, je ne peux plus. J'appelle cela ne plus vivre. Je suis bloqué chez moi.

Comment est votre moral aujourd’hui ?

Il a été très bas pendant les quatre premiers mois. C'était il n’y a pas très longtemps. En fait, les avancées d’un point de vue médical, même minimes, nous permettent de sortir un peu la tête de l'eau. J'ai aussi rejoint l’association Après J20 il y a un mois et demi. C’est une manière de pouvoir sortir tout ce que j'ai à l'intérieur de moi, de pouvoir en parler, et de pouvoir informer les gens sur cette maladie qui est la mienne.

Que voulez-vous leur dire ?

Cette maladie n'est pas qu’une petite maladie qu'on peut avoir pendant quinze jours. Elle n'est pas non plus que pour les anciens qui, malheureusement, en décèdent ou sont en réanimation. Elle ne choisit pas l'individu en fonction de son âge, en fonction de son poids, en fonction de sa catégorie sociale. Elle touche tout le monde et tout le monde peut être impacté par cette maladie. Aujourd'hui, on est un million de "Covid long". Ce n'est pas moi qui le dis, c'est la Haute Autorité de santé. Notre association demande la reconnaissance en maladie longue [affection longue durée]. Ensuite, la mise en place d'un parcours de soins pluridisciplinaire, car le parcours de soins est encore très compliqué aujourd'hui. Le président de la République est aujourd'hui à l'hôpital Foch à Paris. C'est un des centres qui vient d'être mis en place. On aimerait qu'il y en ait partout en France pour que les maladies y aient accès.

Comment voyez-vous votre avenir ?

Mon horizon, pour le moment, c’est demain, puisqu’aujourd'hui, les médecins n'ont aucun protocole à me donner. Aucun traitement.

"Les médecins n’ont aucune idée de la raison pour laquelle je suis encore malade six mois après. Il y a des hypothèses qui sont mises en avant, mais rien de concret. C'est inédit dans le monde médical."

Matthieu Lestage, membre de l’association Après J20

à franceinfo

Le système marche à l'envers, ce sont les patients qui poussent pour que les médecins avancent. Il faut financer la recherche pour aider les médecins à trouver ce qui nous impacte. Pourquoi développe-t-on ces symptômes ?

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.