Covid-19 : un cas positif au variant britannique confirmé dans les Hautes-Alpes

La personne positive à ce variant fait partie d'une famille française résidant au Royaume-Uni qui est venue séjourner en France durant les congés de fin d'année. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un soignant réalise des tests de dépistage du Covid-19, à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 21 décembre 2020.  (CHRISTOPHE SIMON / AFP)

Le variant britannique du Covid-19 circule-t-il déjà en région Paca ? Après les Bouches-du-Rhône samedi, un cas positif au variant britannique du coronavirus a été confirmé dans le département des Hautes-Alpes par l'analyse des prélèvements effectuée par le Centre national de référence, a annoncé dimanche 10 janvier l'Agence régionale de santé (ARS) Provence-Alpes-Côte-d'Azur. La personne positive à ce variant fait partie d'une famille française résidant au Royaume-Uni qui est venue séjourner en France durant les congés de fin d'année, précise l'ARS.

Cette personne et ses cas contacts à risque ont été placés en isolement dès la réception du résultat positif de l'analyse par RT-PCR.

Ce variant britannique du coronavirus, une version vraisemblablement plus contagieuse, est l'une des principales sources d'inquiétude en ce début d'année.

Plusieurs cas à Marseille  

Ainsi, un "probable" cluster du variant britannique a été découvert à Marseille, selon le préfet des Bouches-du-Rhône, après un premier cas identifié au sein d'une famille française vivant au Royaume-Uni venue passer les fêtes en France. La situation virale dans la cité phocéenne est "inquiétante", a affirmé dimanche le maire de la ville Benoît Paysan.

"J’ai eu l’ARS. Sur les 23 positifs diagnostiqués, il y a un délai pour le séquençage, il y a déjà sept positifs au virus anglais", a pour sa part déclaré Michèle Rubirola, première adjointe au maire de Marseille lors de cette même conférence de presse.

Pour déterminer l'ampleur de la circulation en France de la souche d'Outre-Manche, une enquête nationale a été lancée afin de "faire une première cartographie" de sa diffusion, a expliqué vendredi Bruno Coignard, de l'agence sanitaire Santé publique France. Les prélèvements de tests positifs vont être réanalysés en utilisant une technique de PCR particulière qui réagit différemment si on est en présence du variant britannique.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.