Covid-19 : un afflux de dons sauve la Tunisie d'une "catastrophe" sanitaire

La France a donné cette semaine plus d'un million de doses des vaccins AstraZeneca et Janssen, a annoncé le secrétaire d'Etat Jean-Baptiste Lemoyne.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une femme reçoit une dose de vaccin contre le Covid-19, le 20 juillet 2021 à Tunis (Tunisie). (FETHI BELAID / AFP)

La Tunisie doit son salut à l'aide internationale. Selon des professionnels de santé, les dons provenant de pays européens et du Golfe, de Tunisiens de la diaspora et de simples citoyens, permettent au pays, confronté à une forte vague de Covid-19, d'éviter une "catastrophe" sanitaire. Le pays africain, qui a peiné à trouver les vaccins nécessaires avant que l'épidémie ne s'emballe en juillet, a désormais reçu 3,2 millions de doses, en large partie offertes, et devrait dépasser les 5 millions d'ici la mi-août, selon le ministère de la Santé.

La France a donné, la semaine du 19 juillet, plus d'un million de doses des vaccins AstraZeneca et Janssen, de quoi vacciner 800 000 personnes, soit "un dixième de la population adulte" de ce pays de 12 millions d'habitants, a expliqué Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, chargé du Tourisme, des Français de l'étranger et de la Francophonie.

Le dispositif Covax pas à la hauteur

Quelque 500 000 doses viennent de Chine, autant des Emirats arabes unis, 250 000 doses sont arrivées de l'Algérie voisine. Pour Cyrine Chedly, membre de l'Organisation des jeunes médecins tunisiens, qui a lancé un appel aux dons relayé par d'autres associations et institutions, "la mobilisation de la société civile a sauvé la Tunisie d'un scénario catastrophe".

La Tunisie, qui n'a reçu qu'un sixième des doses promises dans le cadre du programme Covax destiné aux pays défavorisés, se retrouve avec l'un des pires taux de mortalité liés au Covid-19 au monde.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.